smartcity-mag

Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

L’Open Data, une ouverture d'utilité publique pour la ville de demain


Rédigé par le Jeudi 2 Février 2017 à 18:51 | Lu 486 fois


En mettant à disposition les données qu’elles collectent chaque jour, les villes les plus en pointe dans la démarche Smart City ont compris que l’Open Data pouvait favoriser le développement de nouveaux usages urbains. C’est même devenu l’une des briques de la ville intelligente.


Nantes et sa métropole, mettent à disposition leurs données depuis 2011
Nantes et sa métropole, mettent à disposition leurs données depuis 2011
Avant l’apparition de l’informatique, entreprises et services publics gardaient jalousement leurs informations sur des cahiers et autres grands livres. Pas question de les donner ou d’autoriser la copie. Devenus numériques ces données qui proviennent des ordinateurs installés dans les services, des capteurs et autres objets connectés, croissent de manière exponentielle au point qu’il est désormais nécessaire de les stocker sur des systèmes de stockage délocalisés.
 
Certaines de ces données qui peuvent être produites par une collectivité, un service public ou une entreprise constituent un bien commun dont la diffusion est considérée d'intérêt public et général. D’où la tendance de fond, depuis plusieurs années, de donner accès à ces données numérique à tous ceux qu’ils soient particuliers, chercheurs, journalistes, développeurs d’application, qui peuvent les utiliser sans contrepartie. L’Open Data, pour données ouvertes, est donc né et, des services de l’Etat, aux collectivités locales, en passant par les universités, les ONG, les gros acteurs du numériques, chacun ouvre désormais ses armoires numériques,
 
Mais quels types de données et pourquoi faire ? Qu’elles soient politiques, sociodémographiques, environnementales, ou à vocation plus pratiques, tels que les résultats détaillés des élections, les catégories socio-professionnelles par secteur, le chemin parcouru par les bus, les taux de criminalité, les données détaillés de écoles, les volumes financiers, la santé … toutes ces données d’ordre public peuvent présenter un intérêt.
 
Nous avons lancé des concours d’usage, afin de permettre l’émergence de nouveaux services.
 
Un nombre croissant d’entreprises s’intéressent à ces données notamment celles qui travaillent dans l’environnement, la répartition de la population, l’économie, la presse, l’enseignement. Exploitées en temps réel ou pas, par des structures spécialisées, ces données permettent, grâce à de puissants algorithmes  de modéliser et développer des applications spécifiques. Un juste retour vers l’usager qui peut en profiter au quotidien. Ainsi une agence immobilière pourra informer ses clients sur l’évolution démographique d’un quartier, sa zone de chalandise et la qualité de son environnement. Les études de marché deviennent plus faciles et plus précises. Les déplacements peuvent être optimisés en fonction des travaux et des heures de pointe.
 
Certaines villes ont compris ce que pouvait apporter la mise à disposition de ces données et ce qu’elles pouvaient en attendre en retour en termes d’usage et d’économie. C’est le cas de Nantes et de sa métropole qui ont ouvert leurs données depuis février 2011. « Ces données qui concernent la mobilité, l’environnement, les budgets, l’urbanisme, … sont mises à disposition de tous, dans le cadre de leurs missions respectives et réutilisables par les citoyens », précise la mairie de Nantes.
 
« Sur la base de cette mise à disposition, nous avons lancé des concours d’usage afin de permettre l’émergence de nouveaux services, réalisés par des tiers, au bénéfice de tous les citoyens », ajoute la mairie de Nantes. « C’est ainsi qu’est née «  Nantes Mobi Parking », une application mobile développée par la société Ippon Technologies et qui permet de connaître les places disponibles dans les parkings fermés de la ville ».  
 
L’Open Data favorise aussi l’implantation d’entreprises, le plus souvent des startups, qui peuvent trouver un terrain favorable pour tester leurs applications. C’est en ce sens que la ville d’Angers a soutenu la création de PAVIC, une association qui favorise l’expérimentation de projets IoT (Internet des objets).
 
 L'ouverture des données par les collectivités est également une garantie de fiabilité. « Dans un contexte de collecte « sauvage » de données personnelles, notamment par Google et les réseaux sociaux, mais aussi par bien d’autres acteurs privés, les collectivités locales ont un rôle positif à jouer. Vis-à-vis des habitants, elles peuvent apparaître comme un tiers de confiance » explique jacques Priol, consultant et fondateur du cabinet de conseil et stratégie nantais CIVITEO   « Les collectivités sont les garantes d’un usage pour le bien commun des données d’intérêt général d’un territoire, données personnelles comprises ».
 



Yannick Sourisseau
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Administration | In the world | En France | Angers FrenchTech | L'actu de la Smart City | e-Santé | Smart City Web TV | Les dossiers de la Smart City | Publi-Information






L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      





Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
PAVIC Angers BSE Group Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb Cité Objet Connecté