smartcity-mag

Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

Les insectes vont-ils devenir la base de notre alimentation ?


Rédigé par le Mercredi 10 Mai 2017 à 10:44 | Lu 2618 fois


Et si vous remplaciez vos céréales du matin par un bol d’insectes ? C’est parait-il bourré de protéines. Nourrir ses concitoyens avec des criquets et des vers, c’est le projet de Rémy Delaforterie, un jeune Angevin qui lance sa startup « MyInsect », une ferme spécialisée dans l’élevage et la transformation des insectes. Sélectionné lors du concours national « Carrefour - Lance toi », il a besoin de vos votes pour financer son projet.


Des insectes au petit déjeuner, c'est possible
Des insectes au petit déjeuner, c'est possible
Le développement digital mène à tout. La preuve avec Rémy Delaforterie, étudiant à l’Ecole de la Filière Numérique (IMIE) à Angers. Ce dernier vient de se lancer dans un projet de startup pour le moins original : la création de l’une des premières fermes d’insectes comestibles sur le territoire Français à destination des humains.
 
A l’heure où les territoires voient leur nombre d’habitants augmenter et que la nourriture risque de poser quelques problèmes dans plusieurs lieux du globe, l’idée n’est certainement pas aussi saugrenue qu’il n’y parait. D’autant que le projet de cette startup qui prend le nom de « MyInsect » vise non seulement à élever les insectes comestibles, mais aussi à mettre en place une véritable filière allant de la nourriture à la cosmétique, avec l’aide de la Grande Distribution.
 
L’enseigne Carrefour, à la pointe de l’innovation en matière de distribution, a peut-être senti le marché puisque le projet a été retenu dans le cadre de son appel à projets « Lance-toi et crée ton truc ». Ce concours doté d’un premier prix de 20 000 € permet de récompenser des jeunes créateurs qui se lancent dans des projets concernant le « Mieux vivre » et le « Mieux manger », deux catégories qui concernent l’enseigne de grande distribution.
 
« Comment nourrir 9 milliards d'individus sur terre en 2050 alors qu'aujourd'hui près d'un milliard de personnes souffrent de la faim » s’interroge Rémy Delaforterie. Un marché prometteur puisque celui-ci est estimé à plus de 2, 5 milliards de consommateurs dans le monde. « Les insectes sont consommés quasi-quotidiennement en Asie et en Afrique et près de 1600 espèces sont reconnues comme comestibles ».
« Les insectes s'imposent comme une solution durable pour nourrir la planète et lutter contre la faim dans le monde »
Si l’idée peut dégoûter certains, les insectes présentent pourtant des qualités nutritionnelles très intéressantes (Vitamine A, B2, C, Phosphore, Magnésium, Fer, Protéine, Calcium....). « Nous français, nous consommons près de 500 g d’insecte pas an sans nous en rendre compte », appuie le jeune créateur. «  Le E-120, colorant alimentaire de couleur rouge n’est autre que de la cochenille soit un insecte non nocif pour la santé ».
 

Rémy Delaforterie, le créateur de MyInsect
Rémy Delaforterie, le créateur de MyInsect
L’autre avantage que le créateur de MyInsect met en avant et qui valorise sont projet, c’est l’impact des insectes sur l’environnement. « Les insectes participent au maintien de la diversité, ils rejettent moins de gaz à effet de serre (A l’inverse les ruminants rejettent beaucoup de GES – NDLR) et enfin ils sont plus écologiques car ils consomment moins d'eau et moins de ressources ».
 
Alors pour Rémy Delaforterie, « les insectes s'imposent comme une solution durable pour nourrir la planète et lutter contre la faim dans le monde ». D’où l’idée de créer, avec MyInsect, une ferme d’élevage d’insectes comestibles afin de répondre aux problèmes d’alimentation futurs, en ville comme dans les régions les plus défavorisées.
 
Alors le jeune créateur ambitionne de donner envie aux angevins et à l’ensemble de la population, de « consommer des insectes, leur faire découvrir les différentes saveurs et les inciter à devenir également producteurs ».
 
Si la majeure partie de la production sera vendue comme matière première à l’industrie agro-alimentaire, aux restaurants, aux fabricants de produits cosmétiques et encore aux animaleries, une partie pourrait permettre de développer des aliments innovants à base de farine d’insectes : pâtes à la farine de vers, steaks de criquets, nuggets de fourmis ou encore des chips aux grillons pour l’apéritif. Bon appétit !...
 
Le projet vous séduit, en tant que consommateur averti ou futur, mais aussi pour son originalité et l’avenir qu’il présente sur le plan nutritionnel ?  Vous pouvez le soutenir en votant pour lui sur le site  Carrefour – Lance toi . Ce sont les projets plébiscités qui remporteront les prix et qui permettront aux jeunes créateurs de poursuivre l'aventure. 



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Startups et innovation






L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            





Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
PAVIC Angers BSE Group Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb Cité Objet Connecté