smartcity-mag

Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

Luc Belot : « la seule ville véritablement intelligente est celle qui répond aux attentes des habitants »


Rédigé par le Samedi 22 Avril 2017 à 14:40 | Lu 3534 fois


Le député de la 1re circonscription de Maine-et-Loire, Luc Belot, vient de rendre au Premier ministre Bernard Cazeneuve, son rapport sur la « Smart City ». Après avoir effectué pendant cinq mois un véritable « road trip » français et international, le parlementaire dresse un panorama complet des projets existants qui servira de base de travail aux gestionnaires des territoires, à l’État qui les accompagnent, aux entreprises et aux citoyens.


Le député Luc Belot lors de la remise du rapport d'étude intitulé " de la Smart City au Territoire d'intelligence(s)
Le député Luc Belot lors de la remise du rapport d'étude intitulé " de la Smart City au Territoire d'intelligence(s)
En brandissant l’épais dossier de 130 pages qu’il a rédigé avec son équipe parlementaire, sur l’état de l’art en matière de ville intelligente, le député angevin Luc Belot, « geek » de la première heure et contributeur de la République numérique avec l’ex-ministre Fleur Pellerin, n’est pas peu fier. En cinq mois de travail, 170 auditions en France et dans le monde, il vient de réaliser un travail colossal qui devrait permettre à tout un chacun, qu’il soit gestionnaire d’un territoire, citoyen engagé dans la révolution urbaine qui s’annonce ou, entreprise  concernée par les réseaux de distribution de l’énergie ou des transports, de comprendre enfin que la « Smart City » n’est pas un simple effet de mode, un produit marketing pour les villes, mais bien une transformation sociétale qui devrait permettre aux citoyens de mieux vivre dans des villes dont le nombre d'habitants augmente.
 
« Ce rapport, je l’ai voulu utile, concret et pragmatique », annonce d’emblée le député. « Déjà très impliqué depuis des années dans la politique de ma ville, Angers, il me fallait comprendre les besoins, les attentes et les interrogations de tous les acteurs ».
 
Pour cela il n’a pas ménagé ses efforts, en rencontrant les élus de 17 territoires engagés dans ce qu’il appelle « les intelligences de la ville », de Paris à Lyon, en passant par Angers, Mulhouse, Nantes, Rennes, Nice, Montpellier … mais aussi Barcelone, Copenhague, Malmö, New York ou encore Singapour. Des gestionnaires de ville, mais aussi 53 entreprises de la « Tech », 17 entreprises et 11 tiers lieux et neuf experts. Une masse d’informations qu’il a compilée, classée, dans un rapport qu’il veut avant tout accessible.
 
« Il s’agit de construire une ville collaborative, contributive, disruptive, inclusive et créative »

Pour autant, le député Luc Belot a conscience que, malgré la passion qui l’anime en matière de développement numérique, il ne s’agit pas de se cantonner à une simple définition de ce que semble être ou doit être la « Smart City ».  « La traduction française en ville intelligente ne me plait pas, préfère la notion de rusé, créatif, judicieux, malin pour Smart, et citizen, c'est-à-dire citoyens, pour City » rappelle avec une certaine malice, le jeune parlementaire.
 
Pour ce dernier, même s’il previent que ce pavé n’est pas un livre de recettes qui permettront aux urbanistes et aux élus de construire la ville du futur, il pourra servir de base de travail pour éviter que la technologie prenne le pas sur l’humain et que la ville devienne plus une contrainte qu’un lieu agréable de vie. « Il n’y a pas de modèle unique, car la seule ville véritablement intelligente est celle qui répond aux attentes des habitants et qui pourra même leur faire gagner de l'espérance de vie », avance l’auteur du rapport. « La Smart City c’est passer de la Ville Informatique à la ville numérique. Pour cela il s’agit de construire une ville collaborative, contributive, disruptive, inclusive et créative ».
 
Pour permettre aux élus, aux entreprises et aux citoyens de s’en emparer et de l’utiliser comme base de travail et discussion l’auteur avance trois principes directeurs : l’organisation de la gouvernance, la souveraineté et la privatisation de la ville tout en donnant la place qui revient au citoyen.
 
« La standardisation  et la réversibilité doivent être des préalables pour éviter que les territoires perdent la main »
 
Pour Luc Belot, « seule une structure associant élus et administration, et de manière efficace l’enseignement supérieur et les acteurs économiques, permettra de sortir des politiques en silos pour aller vers plus de transversalité ».
 
Mais la smart city n’existe que si la souveraineté est assurée, « c'est-à-dire si l’on s’assure que les territoires gardent la maitrise des données, des outils et des applications métiers », appuie l’auteur. « La standardisation  et la réversibilité doivent être des préalables pour éviter que les territoires perdent la main ».
 
Enfin et c’est sur ce point qu’insiste le parlementaire : « il faut donner une place à chaque citoyen, sans fracture numérique, territoriale ou sociale, en passant par une approche centrée usager plutôt qu’une approche centrée citoyen ».
 
Conscient que la notion de ville intelligente n’est pas nouvelle, - les Romains et les Grecs se sont déjà investis dans le sujet, la problématique est devenue plus prégnante, avec une augmentation prévisible de la densité urbaine, l’accélération des progrès technologiques et les dérives qui peuvent se faire jour, entrainant la ville dans une déshumanisation ou une privatisation.
 
« Notre pays dispose d’atouts indéniables, nos territoires sont forts et dotés de compétences claires et affirmés au niveau intercommunal et régional », conclut le parlementaire. « Nous pouvons nous appuyer sur de grandes entreprises, notamment dans le domaine de la gestion de l’énergie, des ressources et de la gestion des déchets, dont les compétences sont reconnues dans le monde entier ». Et de poursuivre : « mais aussi sur un tissu de PME et startups auquel s’ajoute une véritable appétence des citoyens pour une amélioration de leur vie quotidienne et la qualité des services ». 

Télécharger le rapport du député Luc Belot

 




Yannick Sourisseau
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Administration | In the world | En France | Angers FrenchTech | L'actu de la Smart City | Health Care Actus | Smart City Web TV | Les dossiers de la Smart City | Publi-Information






L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
PAVIC Angers BSE Group Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb Cité Objet Connecté