Angers : Un trimaran transformé en salle de réunion insolite


Rédigé par le Vendredi 13 Mars 2020 à 14:42 | Lu 1004 fois


Installée à Rezé (44), au sud de Nantes, la startup Bathô est un chantier naval de l’économie sociale et solidaire pas tout à fait comme les autres. La jeune entreprise rénove les bateaux de plaisance en fin vie, non pas pour les remettre à flot, mais pour les installer sur le terre ferme. Kara Technology, entreprise de la métropole angevine, vient d’installer un trimaran sur sa pelouse pour en faire une salle de réunion. Un concept plutôt original.


le trimaran installé à proximité du tiers-lieu station C à Saint Bathélemy d'Anjou (49)
le trimaran installé à proximité du tiers-lieu station C à Saint Bathélemy d'Anjou (49)
Organiser des réunions dans un bateau comme, comme s’il était en pleine mer, un concept dont Ivain Bignonet, PDG de Kara Technology, navigateur et concepteur d’équipements connectés pour la marine de plaisance, n’est pas peu fier. Séduit par la proposition de Bathô, une entreprise solidaire de la région nantaise, il vient d’installer un trimaran sur les pelouses du tiers-lieu Station C, à Saint Bathélemy d’Anjou, où sont installés ses bureaux. A défaut d’être dans un port, le chef d’entreprise, son équipe et ses clients, peuvent désormais voir le travail sous un autre angle, en rêvant de courses au large …
 
C’est vrai qu’en arrivant sur le parking de Station C on se demande ce que peut bien faire ce trimaran, flanqué de terrasses bois entre la coque centrale et les flotteurs. Le patron des lieux serait-il à ce point passionné pour installer ce voilier sous ses fenêtres ? Pour prolonger les vacances à la mer ? C’est vrai qu’il aime la voile Ivain Bignonet. Initié par son père depuis son enfance, il ne rate pas une occasion de partir tirer des bords sur l’Atlantique. Au point qu’il a même créé une entreprise qui fabrique des tables digitales et des équipements connectés pour la navigation de plaisance. De là à amener un bateau sous ses fenêtres, il n’y avait qu’un pas qu’il a facilement franchi.
 
« Nous manquions de places à Station C. Alors que je cherchais une solution j’ai rencontré, sur un salon nautique, Didier Toqué, le PDG de Bathô, une jeune entreprise nantaise qui recycle les bateaux en fin de vie pour une réutilisation sur la terre ferme », explique Ivain Bignonet. Séduit par cette idée novatrice, le jeune patron angevin fait installer un trimaran qu’il équipe en salle de réunion pouvant accueillir une dizaine de personnes. Au passage l’ensemble lui sert de show-room puisqu’il est équipé de la technologie qui fait le succès de son entreprise. « Reste plus que les panneaux solaires qui seront prochainement installés sur le pont et qui permettront de rendre l’ensemble autonome en énergie », précise l’entreprise Kara.  
« Nous proposons une solution alternative, construite sur un modèle d’affaire circulaire capable de créer de nouvelles valeurs soutenables, économiques, sociales et environnementales » 
Comme dans tous les bateaux de cette taille, il faut baisser la tête avant de s’installer, car le plafond est bas. Mais d’emblée ça donne une autre ambiance aux réunions. Manque plus que le tangage, le bruit de la mer et les cris des mouettes pour s’y croire. Mais il s’agit d’avant tout d’un lieu de travail que Didier Toqué et Ivain Bignognet aimeraient bien reproduire et pas seulement chez les dirigeants passionnés de nautisme et qui partagent comme eux des valeurs de solidarité et d’entraide.
 

L'intérieur du trimaran salle de réunion (photo Kara Technology)
L'intérieur du trimaran salle de réunion (photo Kara Technology)
Bathô est avant tout un chantier naval à caractère social dont l’apprentissage et l’accès à l’emploi, et l’économie circulaire des déchets sont au cœur de son projet. « 1 million de navires de plaisance sont immatriculés en France avec un âge moyen de 35 ans. La plupart sont à détruire avec un fort impact sur l’environnement par mise en décharge ou incinération des coques », explique Didier Toqué. Ces bateaux recyclés peuvent servir aux entreprises, mais aussi aux opérateurs de tourisme qui proposent des hébergements de tourisme, mais aussi des particuliers qui proposent des chambres d’hôtes ainsi que des clubs de vacances et des centres de loisirs.   

« En réemployant un trimaran qui ne pouvait plus naviguer en salle de co-working inspirante, l’ensemble des partenaires associés à ce projet propose une solution alternative, construite sur un modèle d’affaire circulaire capable de créer de nouvelles valeurs soutenables, économiques, sociales et environnementales » ajoute Ivain Bignonet.
 
Pour ce projet de salle de réunion baptisé « Croisière Immobile pour travailleur nomade », Kara Technology est la première entreprise à utiliser un navire du chantier Bathô, avec le soutien de la Région des Pays de la Loire dans le cadre des plans de prévention et de gestion des déchets, de l’économie circulaire et de l’apprentissage. Initiative Anjou, premier réseau d’accompagnement financier et humain des entrepreneurs sur le territoire angevin, et la Banque Populaire, soutien actif de nombreux projets où l’ESS est engagée, mais aussi du nautisme, soutiennent également ce projet innovant, qui aura demandé plus de 1000 h de travaux pour transformer le trimaran en salle de réunion.
 




Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Juridique | Consommation | Société


PAVIC Angers Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire