Centres-villes : sont-ils irrémédiablement condamnés à l’agonie ?


Rédigé par Jean-Marie CARRARA le Lundi 6 Juillet 2020 à 10:38 | Lu 2876 fois


Depuis la nuit des temps, les centres villes sont les plus recherchés pour habiter ou exercer une activité commerciale ou professionnelle. Mais depuis le début du XXe siècle ces lieux de commerce et d’échange ont perdu leur attractivité. Quelles sont les causes de bouleversement qui voit les villes se vider de leur substance commerciale au profit des zones périubaines ? Jean-Marie Carrara, auteur expert pour Ville Intelligente Mag, Co-fondateur de GoVoit, Professeur des Universités Associé à l’Université de Lille et Président de l’association Portières Ouvertes, analyse la situation pour la revue Nextsee


Le centre-ville de Marseille, seconde ville de France (Photo Adobe Stock)
Le centre-ville de Marseille, seconde ville de France (Photo Adobe Stock)
Les centres-villes sont en déclin et ce n’est pas nouveau.  Les causes principales de cette longue agonie sont liées au développement d’un usage inadapté des voitures aux centres villes : difficultés d’accès, de circulation et de stationnement.
 
Le covoiturage dynamique de courte distance introduit une nouvelle offre de transport qui complète l’offre actuellement disponible : transports en commun, voiture partagée, covoiturage « classique » adapté aux déplacements de longue distance, … En gommant les effets néfastes d’une utilisation excessive de la voiture en ville, cette nouvelle offre permet aux centres-villes aujourd’hui moribonds, de retrouver à nouveau tout leur éclat d’antan.
 
Traditionnellement, lieu phare d’une cité, le centre-ville a cristallisé, depuis le moyen-âge, l’économie de la ville. Comme il était difficile de développer ses affaires loin du centre-ville, les commerces s’y sont établis. Les banques ont suivi ainsi que les infrastructures publiques et un large éventail de professionnels de la santé, du droit et du chiffre. Avoir une adresse en centre-ville était alors un gage de notoriété et d’honorabilité.

Des villes plus grandes

Un flux migratoire s’est développé vers les villes. La périphérie s’est élargie et les centres-villes se sont éloignés à chaque fois un peu plus d’une partie de ses habitants. Pour se rendre au centre, un moyen de locomotion est devenu nécessaire.  Plus le nombre d’habitants progressait, plus les besoins de déplacements augmentaient. Des transports en commun ont été alors mis en place pour faciliter l’accès au centre-ville.
 
Malheureusement, plus le territoire est étendu, moins son maillage par le réseau de transports en commun est fin et plus les habitants sont distants des points d’accès à ce réseau. Les transports en commun ne répondent alors plus qu’à une partie de la population et l’autre partie est contrainte de recourir à un moyen de transport personnel. La voiture devient alors indispensable à beaucoup.
 
Ce besoin d’automobile s’est accentué avec le développement de l’habitat individuel avec un jardin, et par l’augmentation du coût des logements en centre-ville.

Un réseau routier saturé

Les infrastructures routières des villes ne peuvent pas suivre l’évolution de la demande de trafic et les changements urbains intra-muros, tels ceux réalisés par Haussmann à Paris pour accélérer la circulation dans les rues, restent exceptionnels (et toujours insuffisants dans la durée).
 
Les embouteillages deviennent ainsi de plus en plus importants et de plus en plus longs à résorber. Leurs effets néfastes sont nombreux : perte de temps à n’en plus finir, stress, pollution en raison de l’accumulation des émissions dans des zones rendues peu venteuses en raison de l’urbanisme.

Des restrictions ravageuses d’un point de vue économique

Pour réduire ces répercussions, des politiques de restriction ont été mises en place, tant à l’intérieur des villes qu’à leur approche : stationnement payant et/ou à durée limitée, réduction de la capacité du réseau de circulation par la création de voies réservées et de pistes cyclables, piétonisation, limitation du nombre de places de stationnement. Toutes ces entraves chassèrent, chaque fois un peu plus, les voitures des centres-villes.
 
Mais de nombreuses personnes ne peuvent utiliser les transports en commun ou marcher, en raison de leur âge, de leur état de santé, de la durée de trajet pour venir au centre-ville, de la fréquence des transports en commun ou de l’objectif de leur déplacement (par exemple : il n’est pas facile de transporter ses courses en vélo). Elles ont été contraintes de trouver des alternatives hors d’un centre-ville dont l’activité économique s’est peu à peu déplacée vers une périphérie facile d’accès où les terrains disponibles offrent de grandes disponibilités de stationnement à des coûts raisonnables. 
 
Les commerces d’alimentation pour qui l’approvisionnement en centre-ville devenait problématique ont alors développé de grandes surfaces de vente en périphérie et ont entraîné avec eux beaucoup d’autres commerces de toute nature dans des galeries marchandes. Les centres-villes ont peu à peu sombré dans le marasme et les opérations de rénovation et d’animation lancées n’ont le plus souvent pas obtenu le succès escompté malgré les moyens et les efforts mobilisés.

La voiture en centre-ville : la quadrature du cercle

S’il est indispensable de réduire le nombre de voitures en ville, il est tout aussi nécessaire de permettre leur accès au centre-ville. Regardons les choses simplement.
 
Le taux moyen d’occupation des véhicules est proche de 1,1 pour une capacité de 4 à 5 places. En ne retenant que 4 places par voiture, pour en faciliter la montée et la descente, cela signifie qu’une optimisation parfaite, permettrait de remplacer 4 voitures en circulation par 1.
 
Sans aller à cet extrême, 1 passager supplémentaire par voiture, c’est 2 fois moins de voitures sur les routes, deux fois moins de pollution, deux fois moins de places de stationnement nécessaires, deux fois moins de circulation. La solution est donc d’augmenter le taux d’occupation des véhicules en circulation.

Le secours de la technologie

Le covoiturage s’est généralisé ces dernières années mais les offres disponibles jusqu’à maintenant sont inadaptées aux déplacements du quotidien : nécessité de trouver une solution pour se rendre au point de rencontre, et une fois déposé, de se rendre à son point de destination final, attente, … autant de contraintes insupportables pour le passager (qui souhaite se déplacer le plus possible de porte-à-porte) et pour le conducteur (qui ne souhaite pas perdre de temps, notamment pour les courtes distances, en déviant de sa route ou à attendre ses passagers).
 
Heureusement, grâce à la géolocalisation et au traitement de grands volumes de données en temps réel, il est possible de répondre à la fois aux contraintes des passagers et des conducteurs le tout, à un prix ne dépassant pas le prix d’un trajet en transport en commun pour le passager mais qui reste intéressant financièrement pour les conducteurs grâce à l’augmentation forte du taux d’occupation de leur véhicule.

Quelles solutions pour l’avenir

Pour redonner aux centres-villes leur attractivité, il est indispensable de permettre aux habitants de s’y rendre facilement, à faible coût.
 
La voiture restant souvent indispensable à beaucoup, il convient d’augmenter le taux d’occupation des voitures afin éviter les effets néfastes d’une utilisation excessive de la voiture en ville.  
 
La solution existe. Disponible sur smartphone, elle répond à la fois aux contraintes des passagers et des conducteurs et permet aux premiers de rompre leur isolement et aux seconds de réduire fortement leurs frais de déplacement tout en conservant, pour les passagers, un prix très proche de celui des transports en commun.
 
Source : Nextsee





              


Dans la même rubrique :
< >

Administration | Smart City Web TV | Publi-Information | Tribunes | Les rendez-vous de l'innovation | La Smart City | Innovation | Villes et territoires | Projets Citoyens


PAVIC Angers Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire