Ville Intelligente Mag
Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

La propreté des villes c’est aussi l’affaire des citoyens


Rédigé par le Vendredi 25 Janvier 2019 à 09:38 | Lu 2286 fois


Angers, ville bien connue pour sa douceur et son art de vivre, est une ville plutôt propre. Malheureusement des zones d’ombre et des incivilités subsistent, malgré la prévention et les interventions des services de propreté de la collectivité. Sans vouloir se substituer au travail des services municipaux, une association, « Clean – les amis de la propreté », composée de citoyens soucieux de leur environnement, a décidé de prendre les choses en main.


Les volontaires de CLEAN - Les amis de la propreté en pleine action dans les rues d'Angers, le 5 janvier dernier (photo CLAP)
Les volontaires de CLEAN - Les amis de la propreté en pleine action dans les rues d'Angers, le 5 janvier dernier (photo CLAP)
Avec ses rues pavées, sa cité historique et son plateau piétonnier, Angers (Maine-et-Loire) est une ville plutôt bien entretenue. Les services municipaux veillent au grain avec des campagnes d’appel au civisme, la mise en place de corbeilles dans les lieux les plus passagers et un service propreté qui intervient régulièrement et notamment après chaque événement pour évacuer les détritus. Si globalement les rues semblent propres, notamment dans l’hyper-centre, ce n’est pas le cas dans tous les quartiers et notamment dans les lieux qui échappent à la surveillance. Aux abords des fastfoods, dans certains parcs et jardins, ou dans les rues moins fréquentées, il n’est pas rare de trouver des bouteilles, gobelets, emballages et autres papiers, abandonnés sur le sol, au grand dam des riverains qui comptent le plus souvent sur les services de la Ville, grâce un service et une application digitale spécifique, pour nettoyer. 
 
 Si la plupart des citoyens se reposent sur la municipalité et ses services pour faire le nettoyage des rues et autres espaces publics, certains admettent que c’est aussi leur rôle de citoyen de contribuer, dans un esprit de solidarité et de civisme, à l’entretien de la ville. C’est le cas de l’association « CLEAN – Les amis de la propreté », un collectif d’éco-citoyens initié par un angevin de 28 ans : Baptiste Batifoulier.
 
« Je suis originaire d’Aubervilliers. A l’inverse d’Angers, c’est une ville que je considère comme plutôt sale », explique Baptiste Batifoulier. « J’avais des liens familiaux avec Angers. C’est une ville que j’ai toujours appréciée et que je trouve agréable à vivre. Elle est plutôt propre, même si tout n’est pas parfait ».
 
Conducteur polyvalent chez Keolis Val de Maine, chargé de l’accompagnement et du transport des personnes à mobilité réduite, le président de « CLEAN – Les amis de la propreté », connait bien la ville. Il est à même d’en apprécier le niveau de propreté et de repérer les dégradations et les incivilités. « Je fais souvent la chasse aux tags. Je les signale à la mairie via 5 sur 5 (application de signalement proposée par la collectivité – NDLR ».
 
 Créée le 22 novembre 2018, l’association s’est fixée pour objectif « de promouvoir les comportements exemplaires et les initiatives citoyennes en matière de propreté urbaine ». Pour l’instant sur l’espace public de la ville d’Angers, plutôt dans le centre. Mais ses actions devraient s’étendre dans les autres quartiers en fonction du nombre d’adhérents, une petite vingtaine pour l’instant, et des besoins. 
 
 « Si chacun y met du sien la ville n’en sera que plus agréable » 

 « Le 5 janvier nous avons organisé notre première action sur la place du Ralliement et le plateau piétonnier du centre. L’idée a plutôt bien été accueillie par les commerçants, mais aussi par la ville d’Angers ». La collectivité, représentée par Stéphane Pabritz, adjoint à la propreté, approuve et soutient l’initiative, en proposant les pinces permettant de prendre les déchets, les gants et autres sacs pour la collecte que ses services récupèrent ensuite. « Nous ne faisons pas le travail de la ville, cela n’empêchera pas les agents de nettoyer la ville régulièrement la ville. Nous sommes complémentaires et nous exerçons notre devoir de citoyens qui aiment bien que son environnement soit agréable », poursuit Baptiste Batifoulier. En quelques heures, la petite équipe a collecté plus de 10Kg de déchets. « Ça ne veut pas dire pour autant que la ville est sale et que les agents municipaux ne font pas leur travail », rassure le président de l’association. « Ils nettoient chaque matin, mais des gens jettent négligemment des petits déchets dans la rue alors qu’ils ont souvent une corbeille à quelque mètres ».
 
Si l’idée rassemble pour l’instant des habitués du nettoyage urbain, à l’exemple de Pascal Reveillon, un habitué des nettoyages de la Maine, la rivière qui traverse la ville. Mais au travers de ses actions, l’association compte bien mobiliser le plus grand nombre de « Cleaners », nom donné à ceux qui s’engagent pour nettoyer leur ville.
 
Pour ces citoyens actifs, pas question de culpabiliser ceux qui commettent ces petites incivilités, mais plutôt de les responsabiliser. « Nous voulons sensibiliser les habitants et plus nous serons nombreux et visibles, moins les autres jetteront. C’est toujours difficile de jeter dans un endroit propre », souligne Baptiste Batifoulier. « Nous allons aussi sensibiliser les commerçants, avec une charte et des autocollants sur les vitrines. Si chacun y met du sien la ville n’en sera que plus agréable ». Elle prévoit également de s’associer aux opérations de grandes envergures à l’exemple la journée citoyenne de la Ville. «Toutes ces actions d’une journée par an vont dans le même sens que nous ».
 
L’association souhaite réaliser un clip vidéo afin de mettre en exergue les bonnes pratiques individuelles et collective. Ce film pourrait être diffusé dans les lieux publics et dans les écoles afin de sensibiliser les plus petits, pour qu’à leur tour ils incitent les parents à plus de vigilance. « Notre action doit avoir un rôle pédagogique », conclut Baptiste Batifoulier. 
 
L’association qui pourrait en intéresser d’autres villes, a lancé une campagne d’adhésion sur Helloasso. Le prix de l’adhésion est de 5 euros et de 50 € pour les personnes morales. Les angevins peuvent suivre les actions de l’association, car il y en aura d'autres, sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Administration | Smart City Web TV | Publi-Information | Tribunes | Les rendez-vous de l'innovation | La Smart City | Innovation | Villes et territoires | Projets Citoyens


PAVIC Angers Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire