Lorient Agglomération : un territoire engagé dans une démarche numérique responsable


Rédigé par le Mardi 7 Décembre 2021 à 17:40 | Lu 1331 fois

Parmi la douzaine de collectivités françaises mobilisées sous la bannière « French Lab » par France Urbaine, lors du dernier Smart City Expo World Congress de Barcelone, Lorient Agglomération (Morbihan) était en bonne place pour faire connaitre sa stratégie en matière de transition numérique. L’occasion pour la troisième agglomération Bretonne de démontrer qu’elle s’est engagée dans une démarche responsable qui la conduit vers un « smart territoire » qui intègre la notion environnementale.


La médiathèque de Quéven, l'une des 24 communes de l'agglomèrerons, profite de la digitalisation du territoire (Crédit Photo Hervé Cohonner-min)
La médiathèque de Quéven, l'une des 24 communes de l'agglomèrerons, profite de la digitalisation du territoire (Crédit Photo Hervé Cohonner-min)
Le Smart Smart City Expo World Congress, qui s’est tenu à Barcelone du 16 au 18 novembre dernier, s’impose désormais, avec 120 pays et 700 villes représentées, comme la première manifestation européenne dédiée à la ville intelligente et aux usages du numérique. Chaque année, élus et gestionnaires territoriaux s’y pressent, d’autant que Barcelone n’est pas si loin, pour présenter leurs démarches en matière de transition numérique et prendre connaissance des avancées en matière de développement des villes et territoires dits « intelligents ». C’est pour beaucoup une occasion unique.
 
Embarquée par France Urbaine, l’association de référence des métropoles, communautés urbaines, communautés d’agglomération et grandes villes, Lorient Agglomération, troisième agglomération bretonne, en nombre d’habitants, derrière Rennes et Brest, avait toute sa place au cœur de cet événement. Pour les politiques Lorientais il s’agissait de valoriser la démarche de transition numérique dans laquelle ce territoire s’est engagé et instauré un dialogue privilégié avec des délégations étrangères sur ses projets et son ambition à l’horizon 2030.
 
Depuis l’adoption de son Schéma territorial du numérique en 2019, l’agglomération s’est fixée pour objectif de favoriser l’économie et l’innovation, accompagner la création et la mutation de l’emploi mais aussi lutter contre la fragilité numérique sur l’ensemble des 25 communes qui la composent. 
 
« Un territoire qui impulse et homogénéise le développement du numérique »

« Lorient Agglomération a un rôle à jouer pour accompagner, former et diffuser la culture des usages numériques, pour gagner en visibilité et compter face à l’affirmation des métropoles », explique Pour Patricia Quéro-Ruen, vice-présidente en charge du numérique au sein de Lorient Agglo. « Réinterroger notre façon de faire- et le faire savoir – devient nécessaire pour faire face aux objectifs de développement durable concernant notamment les enjeux climatiques, la sobriété énergétique, les énergies renouvelables mais aussi la sécurité des données et l’intelligence artificielle ». 
 
Pour l’ensemble des élus de l’agglomération Lorientaise, l’ambition est grande puisqu’il s’agit d’en faire « un territoire qui impulse et homogénéise le développement du numérique » avec une véritable stratégie pensée à l’échelon locale, autour des usages numériques. « Faire de Lorient Agglomération un territoire 100% connecté, accompagner la transition numérique auprès de tous les usagers et agir pour numérique responsable », tel est le vœu de Lorient et des 24 communes qui composent ce territoire breton.  
 
Mais la collectivité ne compte pas en rester à un simple déploiement des infrastructures numériques sur son territoire, puisque l’écriture du prochain schéma territorial intégrera une démarche sociale et environnemental.
 
S’appuyant sur le « Manifeste pour des territoires numériques responsables » proposé par France Urbaine, l’agglomération lorientaise a pu préciser comment elle déployait à son échelle, une stratégie locale autour du concept de « smart territoire ».  
 
C’est le cas du projet de data center territorial qui va permettre au territoire de développer une souveraineté numérique par la maitrise des infrastructures et la gestion sécurisée des données. Ce data center se veut écoresponsable grâce à des technologies innovantes en phase avec les engagements écologiques du territoire, et notamment l’utilisation d’énergies renouvelables et ré-injectables dans le réseau d’énergie.
 
C’est aussi le cas pour la « déchèterie connectée » qui permet entre-autres, grâce à des capteurs et un réseau basse fréquence LORA, d’informer les usagers sur la fréquentation du site, pour permettre de choisir le meilleur moment pour déposer les déchets et éviter des files d’attentes.
 
Pour la collectivité bretonne qui mutualise ses services avec toutes les communes concernées, le développement d’un véritable « smart territoire » est sur les rails. Cela devrait permettre, selon les élus locaux, d’améliorer le cadre de vie des habitants en conjuguant deux points importants des politiques publiques : l’environnement et le numérique.  Ce qui n’est pas toujours le cas, puisque le numérique, mal maitrisé, peut se révéler dévastateur pour l’environnement.



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Villes Smart | Smart Territoires


vignette adhésion Banniere Don