Mulhouse tire un bilan satisfaisant du traitement de l’eau potable par ultraviolets


Rédigé par le Samedi 11 Avril 2020 à 16:17 | Lu 3476 fois


Chaque jour plusieurs milliers de virus et bactéries agressent notre organisme. L’eau est l’un des premiers facteurs de transmission de ces organismes, pour certains dangereux. Pour parer les éventuelles infections les gestionnaires des réseaux d’eau potable ont le plus souvent recours à des traitements chimiques. La ville de Mulhouse (Haut-Rhin) innove en choisissant le traitement par ultraviolet, une technique qui assure une qualité optimale de l’eau potable.


Une eau potable de qualité, sans odeur et goût désagréable, c'est ce que propose désormais la ville de Mulhouse. (Photo Adobe Stock)
Une eau potable de qualité, sans odeur et goût désagréable, c'est ce que propose désormais la ville de Mulhouse. (Photo Adobe Stock)
Si toutes les villes en France et dans le monde sont à même de proposer un réseau d’eau potable digne du nom, reste que le plus souvent l’eau que nous consommons à un goût pas toujours très agréable. Après un traitement physique capable d’éliminer les corps flottants, les débris et les algues, l’eau que nous consommons habituellement passe aussi par un traitement chimique et biologique, afin d’éliminer les micro-organismes en suspension que les tamis de filtration, si fin soient-ils, sont incapables d’arrêter. Le chlore et l’ozone sont les réactifs chimiques les plus utilisés pour désinfecter l’eau en fin de filière, auxquels s’ajoutent des traitements biologiques par l’introduction de bactéries naturellement présentes dans l’eau. (Source Services Eau France)  
 
Pendant des années, comme toutes les villes de France la ville de Mulhouse a mis à disposition des habitants de son agglomération, une eau « naturellement pure et cristalline, provenant de la nappe phréatique de Doller, traitée au chlore, suite à l’apparition de micro-organismes préjudiciables à la santé des alsaciens. Ce traitement avait pour conséquence des nuisances olfactives et une détérioration du goût de l’eau », indique la collectivité Mulhousienne.
 
Mulhouse et les 12 communes de sa métropole, seconde zone urbaine du Grand-Est derrière Strasbourg, forte de 285 120 habitants (2016), accorde, comme toutes les villes une grande importance à la qualité de l’eau distribuée aux habitants, consciente que cette ressource peut présenter un facteur de risque épidémiologique non négligeable en cas de problème de traitement.  En 2016 la métropole alsacienne a lancé un appel d’offres afin de trouver une solution aux difficultés qu’elle rencontrait en matière d’odeur et de goût tout en garantissant une qualité optimale en matière de risque.
 
Après consultation l’agglo de Mulhouse a retenu la société BIO-UV Group, premier fabricant français d’appareil de traitement de l’eau par ultraviolets. Pour la ville, la solution proposée par cette entreprise spécialisée, permet désormais de traiter l’eau de captage, sans ajout de produits chimiques, et notamment de chlore, et surtout sans détériorer l’eau et sans dégager d’odeur. Une petite révolution locale qui fait le bonheur des habitants.
 
Selon ses concepteurs ce système simple, efficace et totalement inoffensif, élimine « 99,9% » des bactéries contenues dans l’eau de captage. De plus, le procédé se révèle écologique puisqu’il ne crée pas de sous-produits de désinfection susceptibles de polluer l’environnement.
 
« Une solution qui apporte le meilleur dosage entre écologie, économie et conservation naturelle de l’eau »

 Le principe du traitement UV est simple, explique Alain Nguyen, ingénieur technico-commercial chez BIO-UV Group : « l’eau est exposée à des rayonnements UV-C qui agissent de façon irréversibles et immédiate sur les organismes vivants. Leur destruction est irrémédiable ». C’est grâce à des lampes UV qui émettent une longueur d’onde de 254 nm que les micro-organismes peuvent être complétement éradiqués, la puissance germicide étant calculée en fonction du débit et de la qualité de l’eau puisée.
 
Cette technologie approuvée par l’Agence Régionale de Santé, a d’abord été testé sur un puit, avant d’être étendue aux 8 puits utilisés par la métropole alsacienne. « Le traitement UV est effectuée préventivement, au niveau des puits », explique Denis Parmentier, le chef du Service des eaux de la ville de Mulhouse. Ce dernier n’exclut pas pour autant la chloration, laquelle « pourra être activée en cas de pollution sur le réseau, en mode curatif ».
 

Vue en coupe de la station de traitement UV de Mulhouse (image de synthèse Bio-UV Group)
Vue en coupe de la station de traitement UV de Mulhouse (image de synthèse Bio-UV Group)
Désormais les onze millions de m3 d’eau distribués chaque année par la ville et sa métropole urbaine, sont traités par les ultraviolets. « Nous sommes très satisfaits de pouvoir proposer une eau de qualité et sans odeur aux habitants de notre ville », souligne Bernard Roche, responsable du bureau d’études Eaux et Travaux de la ville de Mulhouse. « Les équipes de BIO-UV Group se sont montrés très à l’écoute de nos besoins dans ce projet et nous ont accompagné jusqu’au bout ». 
 
Un an après, le bilan est satisfaisant comme souligne Christophe Onimus, en charge de cette nouvelle technologie : « depuis la mise en service sur tous les puits en 2019, nous n’avons constaté aucune défaillance de défaillance, de rendement et de traitement ». L’ensemble des installations est suivi par un système de supervision « qui permet de suivre l’évolution du fonctionnement des réacteurs UV », précise le technicien. « Nous effectuons un contrôle visuel des sites une fois par semaine et à ce jour nous n’avons pas constaté de fuite ou autres problèmes ». 
 
Pour les élus locaux, les services techniques et l’entreprise, ce procédé, déjà utilisé par la ville de Sète dans l’Hérault, est « une solution qui apporte le meilleur dosage entre écologie, économie et conservation naturelle de l’eau ». Gageons que ce procédé intéressera d’autres collectivités, soucieuses, comme la métropole alsacienne de la qualité de cette ressource indispensable à la vie qu’est l’eau. 



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Juridique | Consommation | Société


PAVIC Angers Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire