Ville Intelligente Mag
Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

Non polluants, les vélos à hydrogène s'installent en France


Rédigé par le Lundi 22 Janvier 2018 à 08:59 | Lu 1918 fois


Alors que l'aide à l'achat d'un vélo à assistance électrique sera soumise à de nouvelle conditions à partir du 1er février 2018, de nouveaux vélos dont l'électricité est fournie pas des piles à hydrogènes pointent le bout de leur guidon. Deux villes de la Manche viennent d'en acquérir pour leurs besoins, ceux des entreprises et des touristes. Une première mondiale...


Un vélo à hydrogène de la marque Gitane, essayé par le maire de Biarritz Michel Veunac (Photo Pragma Industries)
Un vélo à hydrogène de la marque Gitane, essayé par le maire de Biarritz Michel Veunac (Photo Pragma Industries)

Que ce soit pour les voitures ou les vélos, l'énergie électrique commence à intéresser un nombre croissant d''urbains sensibles à la protection de leur environnement. Oui, mais ... si l'on peut considérer que l'électricité est, dans son utilisation une énergie renouvelable qui tend à réduire le taux de pollution de nos villes, elle l'est beaucoup moins dans sa production, majoritairement nucléaire, mais aussi dans la fabrication des batteries et leur recyclage. Ainsi l'électricité, mise en avant comme l'alternative écologique en matière d'énergie n'est pas aussi vertueuse qu'on voudrait nous le faire croire.

Et les vélos qui n'utilisent normalement que la force de nos mollets pour se déplacer, lesquels n'engendrent aucune pollution, deviennent polluants pas la seule présence de batteries censées assister dans l'effort les moins sportifs d'entre-nous.

Des piles à hydrogène, moins polluantes c'est ce qui a conduit Pragma Industries, une entreprise de Biarritz (Pyrénées Atlantique), à concevoir les premiers vélos à hydrogène. La particularité de ces vélos réside dans le fait qu’ils sont alimentés par un mélange gazeux composé d’hydrogène et d’oxygène qui permet d'obtenir une autonomie de 100 kilomètres, contre 50 pour les vélos électriques classiques. « Cette assistance permet de prendre de la vitesse et de monter les pentes plus aisément », précise Christophe Bruniau, directeur des ventes de Pragma Industries.

Si ce vélo accuse 25 kg sur la balance, soit le poids d'un vélo électrique classique, c'est surtout son prix qui pourrait faire réfléchir les nouveaux acquéreurs et la nécessité d'avoir recours à une station de recharge. En effet les vélos à hydrogène sont commercialisés à 7500 €, alors que les vélos électriques classiques sont vendus aux alentours de 2000 €, voire moins pour les modèles d'entrée de gamme. Toutefois le constructeurs affirme que le coût pourrait descendre à 3 500 € à l'horizon 2020. Mais ce nouveau vélo à un argument en plus de la non pollution : un vélo électrique classique doit être branché pendant plusieurs heures, recharger celui proposé par Pragma ne prend que deux minutes.  


La Manche en pince pour l'hydrogène

Intéressées par ce vélo véritablement non polluant, deux villes de la Manche (France) en ont acquis pour leur personnel et pour la mise à disposition en libre service. « Le 11 décembre dernier nous avons livré 20 vélos à des collectivités de la Manche, dix à Saint-Lô et dix à Cherbourg-en-Cotentin. C'est une première mondiale », explique Christophe Bruniau. «  Quarante autres vélos sont également livrés à la communauté d'agglomération Pays Basque, à celle de Chambéry et en Ariège, soit une commande ferme de 100 vélos ».

Les premiers vélos à hydrogène sont utilisés à Saint-Lô par les employés de l'hôpital et l’entreprise « Le capitaine », qui compte 800 salariés. Ils seront ensuite proposés d'avril à octobre aux touristes. La mise en service des vélos et de la station hydrogène de Cherbourg est prévue pour le printemps. Le coût de cette expérimentation sur 39 mois dans la Manche est de 723 048 euros, dont 337 981 euros co-financés par l'Ademe et le reste par les collectivités locales.

Pour se ravitailler en énergie, les utilisateurs devront se rendre à la « station de recharge pour vélo hydrogène », déjà mise en service à Saint-Lô. « Il s'agit d'un grosse boîte de deux mètres sur un mètre qui transforme l'eau de la ville en hydrogène », poursuit Christophe Bruniau.

A noter qu'en janvier 2015 déjà, le Conseil départemental de la Manche avait inauguré la première station publique d'hydrogène pour voitures à Saint-Lô. La collectivité possède aujourd'hui une flotte de 17 véhicules à hydrogène. Une station à hydrogène a également ouvert en juillet à Rouen. Elle alimente une dizaine de véhicules appartenant aux collectivités ou entreprises locales. La région Normandie projette en outre l'ouverture de neuf autres stations à hydrogène en 2018.

Source : www.villesdefrance.fr

 

 


Bon à savoir : La marque Gitane commercialise un vélo intermédiaire : l'« Alter Bike ", qui utilise le concept de pile à hydrogène mis au point par Pragma Industries. Ce vélo est équipé d'une pile au lithium classique, rechargeable par de l'hydrogène stocké dans de petites cartouches.    




Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Septembre 2018 - 11:55 Papam, le terminal de paiement virtuel d’Afone

Startups et innovation | L'actu de la Smart City | Avis d'expert






L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30






Suivez-nous
PAVIC Angers BSE Group Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire