Santé : une maison de retraite, transformée en village, pour les malades d’Alzheimer


Rédigé par le Mercredi 20 Octobre 2021 à 15:49 | Lu 1045 fois


C’est l’une des grandes maladies du siècle, que nous ne pouvons pas passer sous silence. La maladie d’Alzheimer qui touche un nombre croissant de citoyens fait perdre aux personnes concernées tous repaires. Un cadre apaisant est donc nécessaire pour que ces personnes puissent continuer à vivre. Un directeur d’établissement de gérontologie américain a eu une idée géniale : modifier l’environnement des patients pour leur donner l’impression de vivre dans petit village paisible.


Une des rues de la maison de retraite imaginée par John Makesh (crédit photo Lantern Of Chagrin Valley)
Une des rues de la maison de retraite imaginée par John Makesh (crédit photo Lantern Of Chagrin Valley)
Faciliter leur adaptation et faire oublier aux patients qu’ils sont dans un établissement de santé, le directeur d’un établissement américain, « Lantern Of Chagrin Valley  » dans l’Ohio, John Makesh, a eu l’idée de transformer les chambres des patients et les couloirs de l’établissement en véritable petit quartier pavillonnaire, afin d’offrir un cadre apaisant et accueillant aux patients touchés par cette maladie invalidante qu’est la maladie d’Alzheimer.
 
Pour cela, le directeur a eu l’idée de s’inspirer de l’histoire des résidents ou ce qu’il en reste, pour aménager son établissement. Pour le chef d’établissement il s’agissait de faire en sorte que afin que chacun puisse se retrouver dans un univers qui lui était familier et puisse ainsi mieux vivre sa maladie, de manière plus calme.  
 
C’est le cas de Norma 92 ans, une résidente qui explique au personnel de l’unité spécialisée qu’elle doit absolument partir et rentrer chez elle pour prendre soin de sa mère. Si la mémoire de Norma disparaît peu à peu, certaines habitudes, comme celle d’aller prendre soin de sa mère, pourtant disparue, restent ancrée dans certaines parties de son cerveau.
 
Des bribes d’information auxquelles s’accrochent le plus souvent les patients touchés par la maladie d’Alzheimer, et qui a donné l’idée à John Makesh d’offrir ce cadre de vie chaleureux reposant sur l’idée de transformer l’intérieur de l’établissement en petit quartier de style années 30 et 40 et semblables à ceux dans lesquels les résidents ont grandi, rappelle le web magazine francophone de la créativité Creapills.  
 
« L’objectif est de ne pas perturber l’horloge biologique des patients »

 Pour le directeur de l’établissement « Lantern Of Chagrin Valley », Il s’agit là d’une initiative qui permet de replonger les pensionnaires dans leurs souvenirs et surtout les aider à combattre au mieux les troubles de la mémoire dont ils sont affectés.
 
Et pour aller plus loin et faire en sorte que ce petit village, coloré et propre, ait vraiment l’air le directeur a mis en place plusieurs éléments qui ne doivent perturber les pensionnaires. Par exemple, le plafond représente un ciel artificiel qui reproduit les heures de la journée en s’éclairant ou s’obscurcissant en fonction des heures de la journée.  « L’objectif est de ne pas perturber l’horloge biologique des patients », précise le directeur. Le changement d’heure comme nous le connaissons en France, serait bien évidemment proscrits.
 
Et pour aller plus loin dans la démarche, l’établissement à reproduit les décors comme seuls les Américains savent le faire, avec des pelouses artificielles, des massifs de fleurs mais également des bruits de rue et des odeurs, pour donner l’illusion d’une véritable vie de quartier, comme les patients ont pu la vivre avant d’être touchés par la maladie.   
 
Et les résultats sont plutôt positifs. D’ailleurs deux nouveaux services d’accueil de personnes touchées par la maladie, ont vu le jour aux USA, depuis 2018, date de lancement du projet de « Lantern Of Chagrin Valley.
 
Comme le rappelle Creapills : « espérons que cette belle initiative, aussi créative que touchante, puisse traverser l’Atlantique », ou tout au moins donner des idées aux gestionnaires d’établissement spécialisés, lesquels doivent faire partie intégrante de l’aménagement de la ville intelligente. Celle-ci ne doit pas s’adresser uniquement aux plus jeunes branchés sur les nouvelles technologies, mais à toutes les couches de la société, la Smart City étant un territoire qui favorise l’inclusion et le bien vivre ensemble et qui ne doit en aucun cas abandonner ses ainés sur le bord de la route. 



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Règlementation | Consommation | Société


vignette adhésion Banniere Don