Territoires connectés : Cédric O, lance le tour de France Infranum à Angers


Rédigé par le Vendredi 11 Septembre 2020 à 11:54 | Lu 1332 fois


Proposé par lnfranum, la Fédération des entreprises partenaires des territoires connectés, le Tour de France des Territoires connectés a démarré ce jeudi 10 septembre au Centre d’Affaires du Parc Terra Botanica à Angers. L’écosystème numérique angevin n’a pas boudé son plaisir de participer aux ateliers et débats organisés au cours de la journée, en présence du Secrétaire d’Etat chargé de la Transitions numérique et des Communications électroniques, Cédric O, lequel passait deux jours en Anjou pour mieux s’imprégner d’un terrain où le digital croit aussi vite que le végétal.


Cédric O, le Secrétaire d'Etat chargé de la transition numérique, lors de son intervention devant l'écosystème numérique angevin
Cédric O, le Secrétaire d'Etat chargé de la transition numérique, lors de son intervention devant l'écosystème numérique angevin
Terra Botanica, le parc ludo-éducatif dédié au végétal, arrière-saison douce et ensoleillée oblige, n’a pas encore fermé ses portes. C’est justement cette période propice à la balade sous les frondaisons encore vertes et fleuries que la Fédération Infranum avait choisi pour lancer son Tour de France des Territoires Connectés. Rien de comparable avec la grande boucle cycliste qui traverse actuellement et de manière inhabituelle l’hexagone, crise sanitaire oblige, cette journée organisée dans le Centre d’Affaires du parc angevin se voulait informative et constructive avec comme fil rouge, la démarche angevine, tout juste démarrée, de Territoire Intelligent.  
 
Une occasion unique pour le maire-président d’Angers et sa métropole, de valoriser le projet initié sous sa première mandature, dans le cadre d’un marché global de performance attribué fin d’année dernière, au consortium piloté par Engie Solutions. « Malgré les mesures sanitaires, il était de penser à reconstruire notre économie en réfléchissant sur l’utilisation du plan de relance très ambitieux (100 milliards – NDLR), annoncé par le gouvernement, et faire en sorte que de cette crise on puisse tirer le maximum d’opportunité », déclarait le maire-président en accueillant le Secrétaire d’Etat chargé de la Transitions numérique et des Communications électroniques, Cedric O. Ce dernier a prévu de passé pratiquement deux jours sur le Maine-et-Loire, pour prendre connaissance des réalisations locales, dont certaines, font déjà école, à l’exemple de la Régie de Quartier de Trélazé, une cité de la métropole d’Angers qui s’investit dans la lutte contre l’illectronisme et l’accès à internet pour tous. 
 
Si chacun s’est attaché à dire qu’il fallait profiter de cette crise, ministre compris, pour « soutenir la filière industrielle française », qui va permettre l’accès à internet Très Haut Débit via la fibre optique, soient relocalisées, Jacques de HEERE, Président d’Acome, et Vice-Président du CSF d’Infranum, n’a pas manqué d’épingler Christophe BECHU sur le sujet, jetant ainsi un pavé dans la mare angevine. « En me promenant sur les bords de Maine j’ai constaté que la fibre actuellement déployée sur le territoire venait de Chine et qu’elle était posée par des travailleurs détachés ». Réponse immédiate du Maire-Président qui a assuré que « celle posée sous la conduite de la ville était franco-française et qu’il enquêterait auprès des services concernés ». 
 
« On est désormais tous conscient de cette transition numérique et des bouleversements économiques et sociaux qui en sont la conséquence »

Petite anecdote qui a certes amené un peu de piment dans les échanges, mais n’a pas entaché la réussite de cette journée, au cours de laquelle il était question de la transition digitale du territoire Angevin, territoire que les mauvaises langues qualifiaient d’endormi au pied de son château il y a quelques années et qui démontre, preuve à l’appui, que ses élus, mais aussi les citoyens, ont bien engagée une démarche de révolution urbaine, même si tout n’est pas encore parfait. Mais Christophe BECHU le sait, le chemin sera long et comme il le rappelait si justement, « au-delà de la technologie, dont le consortium retenu devra apporter les preuves d’une réelle économie énergétique et d’amélioration environnementale pour la collectivité et d’apport en matière d’usages pour les citoyens du territoire », il s’agit de ne pas oublier les citoyens et tous ceux qui localement se sont investis et s’investissent encore, à l’exemple l’association PAVIC, à l’origine de l’accompagnement des expérimentations en matière de ville connectée et d’Angers French Tech.       
 
Le Secrétaire d’Etat en charge du numérique a pris la mesure de l’investissement angevin à la matière, investissement dont il compte bien visiblement se servir pour porter le message dans les territoires moins avancés dans le domaine. « Christophe BECHU à bien dessiné ce qui est en jeu, au-delà des infrastructures, dans cette notion de transition numérique, de la France et de ses territoires », déclarait le ministre en prenant la parole. « On est désormais tous conscient de cette transition numérique et des bouleversements économiques et sociaux qui en sont la conséquence, mais on l’a plus que toucher du doigt et dans notre chair, lors du confinement, où notre quotidien est devenu numérique ».
 
Si le numérique s’est invité durant cette période, permettant de conserver le lien entre les français, il reste qu’une frange de la population n’avait pas accès à ces outils, comme l’ont rappelé, le ministre et le Maire-président d’Angers. A cela s’ajoute le fait qu’une majorité de ses outils ne sont pas français, mais anglo-saxons et chinois. « Le gouvernement, mais aussi les précédents, de gauche comme de droite ont fait du numérique et son accès partout en France, un élément essentiel de notre politique économique », a ajouté le ministre. « Nous devons donc accompagner la transition économique des entreprises, petites et grandes, mais nous devons faire émerger des champions qui permettront de tenir la dragée haute aux américains et aux chinois ». Citant en exemple le développent de l’écosystème numérique Angevin, le ministre souhaite qu’il se développe sur tous les territoires et pas seulement à Paris, comme c’est souvent le cas.  
 
Un discours ambitieux qui a fait la part belle au déploiement de la fibre optique et au réseau 5G, quin’écarte pas, tant à Angers que sur l’ensemble du territoire, l’accès des citoyens au réseau Internet et ses services. Le ministre a rappelé qu’une part importante du plan de relance consacré au numérique passe par l’accès à l’internet pour tous, dans les meilleures conditions et à la lutte contre l’illectronisme, c’est-à-dire l'incapacité, que rencontrent certains de nos concitoyens à utiliser les appareils numériques et les outils informatiques en raison d'un manque ou d'une absence totale de connaissances. C’est d’ailleurs pour constater, in situ cette démarche envers les « illettrés de l’électronique », que le ministre profitait de l’occasion pour visiter la régie de quartier de Trélazé.
 
Le Tour des Territoires connectés devrait durer plusieurs mois à raison d’une métropole par trimestre dans une France découpée en quatre parties. Mais « depuis l’annonce de ce lancement d’autres villes et métropoles, engagées dans une démarche intelligente ont manifesté leur souhait d’accueillir ce Tour de France », nous confiait, en fin de journée, le service de presse d’Infranum. Une réussite annoncée…




Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Villes Smart | Smart Territoires


PAVIC Angers Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire