Ville Intelligente Mag
Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

World CleanUp Day : une journée pour nettoyer et sensibiliser


Rédigé par le Dimanche 16 Septembre 2018 à 09:14 | Lu 548 fois


C’est l’opération citoyenne de la rentrée. Le World CleanUp Day, organisé simultanément sur l’ensemble de la planète, pour tenter de la rendre plus propre, visait surtout à sensibiliser le public sur la gestion et la réduction des déchets. A Angers plusieurs opérations ont été organisées, samedi 15 septembre, dont une sur les bords de la Maine, la rivière qui traverse la ville.


Pascal Réveillon et Charlotte Baranger expliquant le déroulement de la journée aux angevins mobilisés pour l'occasion.
Pascal Réveillon et Charlotte Baranger expliquant le déroulement de la journée aux angevins mobilisés pour l'occasion.
A Angers, la Maine qui coule doucement au pied du château du Roi René est un endroit plutôt agréable et relativement calme où les angevins aiment à flâner, s’allongeant sur les rives engazonnées pour dérouler la nappe, partager le pique-nique et un bon verre de vin des bords de Loire. Tout pour réussir une belle journée, surtout quand le soleil estival inonde cette ville dont les journaux saluent, depuis des années, la douceur de vivre.

Tout pour réussir, sauf que quelques indélicats abandonnent leurs déchets, papiers gras, canettes et autres bouteilles en verre, à l’endroit même où ils se sont installés, alors que des corbeilles sont à disposition à quelques mètres. Une situation qui fait régulièrement réagir Mario Fournier, un angevin d’adoption, amoureux de la nature et de la rivière dans laquelle il aime taquiner les poissons, quand il ne les filme pas avec sa caméra d’action, pour les montrer sur les réseaux sociaux. « Les incivilités sont récurrentes sur la Maine et ses abords. Au lieu d’y pêcher des poissons on y pêche surtout des vélos et autres objets jetés par des imbéciles qui pourrissent nos rivières. C’est inadmissible, car c’est super important de protéger nos rivières », commente Mario depuis une barque dans laquelle il montre en direct sur Facebook, la pêche, pas très miraculeuse, du jour. Ce qu'il appelle « les trésors de la Maine  ».

Un citoyen comme les autres, Mario, mais désormais figure emblématique de l’écologie au quotidien, sur les réseaux sociaux et sur le terrain. Samedi il était l’un des participants actifs du World Cleanup Day, une journée de nettoyage de la planète, à laquelle se sont joints des citoyens volontaires et motivés par la protection de leur environnement, aux quatre coins du monde, encadrés le plus souvent par des associations écologistes et altermondialistes. Une opération qui mobilisait l’intelligence collective pour rendre les villes du monde plus propres et certainement plus agréables à vivre.

« Nous organisons le World Cleanup Day pour nettoyer notre petit bout de planète », explique Charlotte Baranger, entrepreneuse en devenir et membre de la Jeune Chambre Economique d’Angers, initiatrice du nettoyage des bords de Maine et du parc Balzac. « 156 pays participent à cette opération internationale et il y a un peu plus de cinq heure ça a commencé en Nouvelle Zélande, en Indonésie, au Cambodge où 300 000 personnes se sont mobilisées. C’est un élan mondial avec près de 71 000 points de collecte et de nettoyage et des millions de personnes pour nettoyer ».

Et ce samedi matin, alors que le soleil brillait et incitait plutôt à la farniente, une cinquantaine de personnes a répondu à l’appel de Charlotte et des associations locales (En transition, Philodome, Greenpeace, ...) pour entreprendre le nettoyage des rives de Maine et démontrer que cette opération d’un jour, peut être reconduite tous les jours. Il suffit d'un peu de volonté, d'une paire de gants et d'un sac permettant de ramasser les déchets que d'autres ont lâchement jetés dans la rue ou derrière les buissons des espaces verts.
 
« Il y a beaucoup de gens qui veulent agir, cette journée leur donne l’occasion de s’investir ».

«  Je poursuis, à titre personnel, une démarche pour réduire mes déchets. Cet élan mondial m’a beaucoup parlé », poursuit Charlotte Baranger. « L’idée c’était de mener une opération coup de poing pour qu’on en parle et que dans cinq ans on n’ait plus besoin de faire de nettoyage. L’idée c’est de sensibiliser à la réduction des déchets, des ateliers sont organisés au cours de la journée ».

Plusieurs associations participaient à ce rendez-vous et notamment « En transition  », une structure représentée par Mickaël Poiroux, un militant altermondialiste de la première heure, conscient que tout ne se fera pas en un jour. « Il y a beaucoup de gens qui veulent agir, cette journée leur donne l’occasion de s’investir. Mais on n’a pas voulu se contenter d’un simple nettoyage pour que chacun fasse sa bonne action et reparte tranquille. Cette action est utile et bénéfique pour notre environnement, derrière il y a un pique-nique partagé qui permet de créer du lien, et des stands qui permettent de sensibiliser et montrer comment on peut agir au quotidien ».

Toute la journée les citoyens, équipés de gants, de sacs et de pinces, n’ont pas ménagés leurs efforts pour nettoyer des endroits peu accessibles ou non traités par les services municipaux, comme les sous-bois du parc Balzac, une zone arborée, endroit privilégié des joggers, mais aussi de ceux qui terminent leurs soirées bien arrosées. « La mairie sait que certains jettent des bouteilles en verre ici et il n’y a même pas de conteneurs pour les verres », s’insurge une militante de Greenpeace, membre du collectif organisateur et gestionnaire d'un point de collecte.

Mario Fournier et ses amis, Pascal Reveillon et Julien Viaux, habitués des dragages écologiques en Maine ont dressé une fois de plus un triste bilan. Des barrières, des vélos, de matériaux métalliques, tous balancés depuis les rives ou les ponts et chargés dans leurs barques. « On est tous concernés. N’oublions pas que la nature est fragile  », appuie Mario, attristé de voir que malgré ses interventions régulières, les dégradations se poursuivent.

L’opération World CleanUp Day, aura mobilisé plus d’une personne sur vingt en France, une centaine dans les différents lieux d'interventions angevins, pour ce geste simple et que chacun peut reproduire à l’envi, le reste de l’année. Maintenir la ville propre c’est un acte de bon sens et surtout de civisme qui permet à chacun de s’y sentir mieux. Un art de vivre que chaque ville dite intelligente se devrait de cultiver.




Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Administration | In the world | En France | Villes Smart | e-Santé | Smart City Web TV | Les dossiers de la Smart City | Publi-Information | Les rendez-vous de l'innovation | Droit du numérique


PAVIC Angers BSE Group Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire