A Angers et sa communauté urbaine, le covoiturage domicile-travail s’installe timidement


Rédigé par le Jeudi 9 Juin 2022 à 21:41

Afin de répondre à la montée des prix des carburants, plusieurs milliers d’habitants de l’agglomération d’Angers se sont inscrits sur les plateformes spécialisées dans le covoiturage domicile-travail. « Une dynamique encourageante, mais peut-être trop hâtivement célébrée » rapporte Joachim Renaudin, responsable des partenariats avec les entreprises chez Karos, un opérateur spécialisé dans le covoiturage domicile – travail et partenaire de la Région Pays de la Loire.


Beaucoup d'inscription sur les plateformes, mais peu de covoiturages quotidiens concrétisés à Angers (photo d'illustration Adobe Stock)
Beaucoup d'inscription sur les plateformes, mais peu de covoiturages quotidiens concrétisés à Angers (photo d'illustration Adobe Stock)
L’observatoire national du covoiturage au quotidien qui permet de suivre l’évolution des pratiques du covoiturage courte distance, en agrégeant et certifiant, les chiffres de vingt plateformes agréées, comptabilise moins de 300 véhicules partagés quotidiennement à Angers Loire Métropole (302 399 habitants en 2019). Et pourtant ils sont plusieurs milliers, conducteurs ou passagers à s’inscrire. 
 
Alors, la dynamique, pourtant bien réelle, du covoiturage domicile – travail serait-elle moins glorieuse qu’elle n’y paraît ? Oui, si l’on s’intéresse à la partie immergée de l’iceberg : ces milliers d’automobilistes frustrés qui ne parviennent pas (encore) à partager le moindre trajet.
 
La cause de cet écueil pourtant intéressant pour le pouvoir d’achat : des « retardataires » à cette soudaine accélération du covoiturage domicile - travail, qui ne sont ni des conducteurs, ni des passagers…

Au rendez-vous du covoiturage, les entreprises se font attendre…

En effet, contrairement au covoiturage longue distance, le covoiturage domicile – travail a besoin pour se développer efficacement de la participation active des plus gros employeurs installées dans les nombreuses zones d’activité que compte le territoire angevin. Le problème viendrait du fait que de nombreuses entreprises installées à Angers et son bassin d’emploi, n’ont pas suffisamment anticipé. Elles sont donc les grandes retardataires de cette solution, à la fois économique et écologique qu’est le covoiturage. 
 
« Il y a encore peu de temps, la mise en place du covoiturage se réalisait dans le cadre d’une démarche écoresponsable... L’ambiance a changé », témoigne Joachim RENAUDIN, responsable des partenariats avec les entreprises chez Karos, un opérateur spécialisé dans le covoiturage domicile – travail. « Avec les problèmes d’inflation et du prix du carburant, ce sont les salariés qui font pression par le bas. Désormais, le covoiturage est devenu une solution gagnant-gagnant pour offrir du pouvoir d’achat et apaiser les tensions sociales. » 
 
Un retard que beaucoup d’entreprises espèrent bien rattraper, même si la mise en œuvre prend un peu de temps. Chez Karos, les demandes de la part des directions pour la mise en place du covoiturage en entreprise ont été multipliées par 10 ces dernières semaines. Au-delà du nombre de demandes, c’est aussi l’urgence de déployer qui est notable : les entreprises veulent aller vite.
 
« Nous avons reçu quasiment autant de demandes en quelques semaines que lors des 6 derniers mois. Ce chiffre est l’indicateur le plus pertinent à observer pour prédire le développement futur du covoiturage domicile – travail dans un territoire », analyse Joachim RENAUDIN.
 

Des animations dans les entreprises

Moins connue du grand public que Blablacar, la célèbre plateforme française de covoiturage longue distance, Karos réalise pourtant, autour d’Angers, davantage de trajets que cette dernière sur le créneau très spécifique des trajets courts et quotidiens.
 
Pour atteindre cette performance, la plateforme de covoiturage à nouer des partenariats avec la Région Pays de la Loire, des grandes entreprises à portée du territoire angevin comme Longchamps, Brioches Pasquier, ou encore le site du Puy du Fou en Vendée. Mais aussi les campus angevins :  l’ESSCA, la fac de lettres, d’économie et de gestion, de santé…
 
Au-delà du déploiement de l’application mobile et des modes de financement, les équipes de la startup Karos interviennent aussi au sein des entreprises pour proposer des animations. « Façon GO du Club Med, on brise la glace entre les salariés pour former de couples passagers –conducteurs », s’amuse Joachim RENAUDIN. « Nous valorisons les « Arthur » dans chaque entreprise, ceux qui covoiturent. A l’exemple de Sam, celui qui ne boit pas et ramène la voiture ».
 
Les habitants de l’agglomération angevine, encore privés, pour l’instant, de trajets en covoiturage domicile –travail peuvent donc retrouver de l’espoir. Les entreprises sur la ligne de départ, la route est tracée et les trajets à plusieurs seront, pourquoi pas, sources de bonne humeur.



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Règlementation | Consommation | Société


vignette adhésion Banniere Don