Gaspillage alimentaire : Hors Normes mise sur les légumes moches


Rédigé par le Mardi 18 Janvier 2022 à 10:56

Écartés du circuit de vente au prétexte qu’ils ne sont pas vendables, les légumes et fruits qui n’entrent pas dans les normes de la grande distribution, sont le plus souvent mis à la benne, dès la production. Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, la startup « Hors Normes », propose des paniers composés de fruits et légumes refusés par les circuits de distribution. Après Paris et sa région, la jeune pousse propose, depuis quelques jours, ses services à Lyon.


Selon un rapport de l’ADEME, l’Agence de la Transition Écologique, publié en mai 2016, 32% du gaspillage alimentaire a lieu sur les sites de production des produits alimentaires. La grande distribution qui se charge de commercialiser les produits alimentaires, a établi des critères de ventes qui prennent en compte non seulement le calibre des fruits et légume, mais aussi leur aspect général. 
 
L’un des enseignements majeurs de l’étude de l’ADEME est que chaque acteur, tout au long de la chaine alimentaire, participe aux pertes et gaspillages alimentaires, à son niveau mais également en aval et en amont, par le jeu des relations commerciales. Au total, ce sont 10 millions de tonnes de produits perdus et gaspillés pour l’alimentation humaine par an en France.  Et pas seulement des fruits et légumes.
 
« Ces 10 millions de tonnes ont une valeur commerciale théorique de 16 milliards d’euros », précise l’Agence de la Transition Écologique. A cela s’ajoute l’impact carbone de ces pertes et gaspillages qui correspond à 15,3 millions de tonnes équivalent CO2 (Mteq) soit 3 % de l’ensemble des émissions de l’activité́ nationale. Ce n’est donc pas négligeable.
 
« Dans le domaine des pertes et gaspillages alimentaires, tous les acteurs sont concernés, que ce soient les producteurs, les transformateurs, les distributeurs, les restaurateurs (restauration collective et commerciale) ou les ménages », poursuit l’Agence.
 
Des éléments suffisants pour motiver une jeune entreprise, « Hors Normes  », à récupérer les fruits et légumes dont l’aspect ne permet pas de les mettre en vente sur les étals des commerces alimentaires, pour en faire des paniers proposés aux consommateurs à des prix particulièrement attractifs. 
 
Lancée à Paris en 2020, la start-up « Hors Normes », désormais acteur de la chaine de distribution de fruits et légumes, entant bien de donner une chance à ces produits en livrant des paniers de fruits et légumes bio « moches ». La jeune pousse vient tout juste de s’implanter à Lyon, depuis 11 janvier 2022, afin d’étendre ses services, rapporte Actu Lyon

Des légumes et fruits non vendables dans les magasins alimentaires, mais excellents pour la cuisine.

Les consommateurs parisiens sont plutôt ravis et ceux de Lyon n’ont pas tardé à leur emboiter le pas. D’autant que ces légumes tachés ou tordus, « sont vendus 40% moins cher que dans un magasin bio », précise la startup sur son site web. « Ce n’est pas un problème s'ils sont tordus vos fruits », précise une consommatrice. « De succulents fruits et légumes, j'en veux encore. Bravo pour la qualité de vos produits. J'ai redécouvert le goût de la tomate grâce à vous ». Ces fruits et légumes boudés par la grande distribution pour leur esthétique représentent en moyenne 5 % des stocks des producteurs et productrices françaises, précise Actu Lyon. 
 
Après son succès en Île-de-France, la startup qui milite haut et fort contre le gaspillage alimentaire souhaite « convaincre 400 clients réguliers d’ici à la fin du mois sur la ville de Lyon ». Un démarrage qui permettrait déjà de sauver près d’une tonne de produits invendables par semaine. 
 
Actuellement les livraisons des paniers « antigaspi », sont disponibles dans les différents arrondissements de Lyon.  Ensuite ils seront proposés dans les villes de la communauté urbaine, à Villeurbanne, Bron, Vénissieux ou encore Écully.
 
Sur son site, Hors Normes propose six formats de paniers différents et issus des producteurs et productrices locaux, affirmant ainsi son principe de travailler en circuit court. Ces paniers vont de 11,50 € à 28 € selon le contenu et le poids (2 à 8 kg), pour nourrir un couple ou une famille. Ils peuvent être livrés à domicile ou dans l’un des 30 points de retrait lyonnais. 
 
Et en plus de ces paniers de légumes et fruits non commercialisables dans les circuits traditionnels, la jeune entreprise propose également des recettes pour les cuisiner, sur son site de commande. 
 
« Nous ne sommes pas encore près de chez vous ? Dites-nous où vous habitez  afin que nous priorisions votre ville », conclut la startup qui compte bien s’étendre dans d’autres villes et permettre à tout un chacun de profiter de bons légumes, même si leur aspect ne correspond pas aux canons de beauté en la matière. 



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Règlementation | Consommation | Société


vignette adhésion Banniere Don