Houseparty, Zoom, WhatsApp, ces applications qui cartonnent pendant le confinement


Rédigé par le Mardi 31 Mars 2020 à 18:37 | Lu 729 fois


Alors que le confinement entame sa troisième semaine, les français ressentent le besoin de garder les liens qu’ils avaient établi avec leur communauté avant l’arrivé du Covid-19. Des applications permettant d’échanger et même pratiquer des activités à distance, ont vu le jour, permettant à chacun, depuis son domicile, de conserver un lien avec l’extérieur.


Houseparty, le réseau social festif qui connaît la plus forte progression en ces temps de confinement (Photo Houseparty)
Houseparty, le réseau social festif qui connaît la plus forte progression en ces temps de confinement (Photo Houseparty)
Pourvu qu’internet tienne, s’il y a un panne réseau je suis foutue car j’ai l’impression d’être sur la lune et de ne plus pouvoir communiquer autrement qu'avec mon smartphone », écrivait récemment, une internaute, sur le réseau social Facebook. Tournant comme des lions en cage, ceux qui avaient l’habitude d’aller faire un tour en ville pour prendre un café en terrasse ou faire du lèche vitrine, se sentent désormais isolés dans leur appartement ou leur maison à la campagne. Les réseaux sociaux, décriés avant, reprennent tout leur sens et le besoin de communiquer sur sa vie, son passé, ses activités se fait sentir. On échange tout : des images de jeunesse, des vidéos humoristiques, des coups de gueule sur la situation actuelle, depuis le 17 mars, début du confinement total en France, comme si chacun ressentait le besoin de se replonger dans les souvenirs de temps meilleurs.
 
Mais publier des photos, écrire ce que l’on pense de la situation actuelle, s’envoyer des messages d’amitiés, ne suffit pas à rompre la solitude que ressentent tous ceux qui sont désormais claquemurés. Maintenant il faut pouvoir se voir, se parler, prendre un verre ensemble, à distance bien sûr, partager ces bons moments interrompus soudainement par ce méchant virus qui décime une partie de la population. « Pas le choix », nous confiait un autre internaute. « Mais c’est dur, je tourne en rond dans mon appartement ».
 
Plusieurs applications existantes ou lancées pour l’occasion, ou encore utilisées là où l’on ne les attendait pas, tirent leur épingle du jeu et permettent à tout un chacun de pouvoir échanger en direct, comme avant, avec moins de risque. 
 
C’est le cas de Zoom Cloud Meeting, une solution de téléconférences, créés en 2011 par la société californienne Zoom Video Communications. Initialement prévue pour organiser des réunions ou des formations en ligne jusqu’à 100 participants, cette solution sert désormais à partager des discussions entre amis ou au sein d’une association. Des structures s’en s’ont même emparées pour organiser des séances de rire collectif d’une quinzaine de minutes, « véritable outil pour mettre du positif dans sa vie », affirme l'Angevine Céline Réveillard professeure de yoga du rire et mieux être. Ou de maintien de la forme avec une enseignante qui peut ainsi dispenser ses cours et voir si les élèves effectuent le bon mouvement. « Mieux que le suivi de cours collectifs en vidéo où le prof dispense ses cours sans savoir qui le suit », explique Cécile Nouchet, enseignante APA (Activité Physique Adaptée) à Angers qui assure des cours de renforcement musculaire via Zoom en collaboration avec l'association Cancer Osons.  « Ça maintient le lien entre des gens qui se connaissent puisqu’ils participaient à ces activités avec moi, avant le confinement. En plus je les vois et je peux corriger les positions, comme en salle, ou presque ».
 
Créée en 2009 par Jan Koum et Brian Acton, deux anciens de la société américaine Yahoo, avec pour objectif de remplacer le SMS, WhatsApp qui a été racheté par Facebook, reprend lui aussi du service. Simple d’utilisation, il permet de créer rapidement une communauté et de s’envoyer instantanément, non seulement des messages, mais aussi des photos, des vidéos et même de téléphoner à l’autre bout de la planète sans coût supplémentaire dès lors que l’utilisateur est connecté en WiFi. L’utilisation de cette application aurait été multiplié par 6 depuis le début du confinement.
 
« Peu importe l'âge on s'y retrouve tous et ça permet de passer du bon temps ensemble »
 
Application méconnue ou presque avant le confinement, Houseparty est désormais l’application des français qui veulent continuer à conserver des liens affectifs avec leurs amis pendant la période de confinement. En quelques jours, l'application est devenue complètement virale, passant de la 58e place des applications les plus téléchargées sur iOS le 17 mars, premier jour du confinement en France, à la 1re place le 21 du même mois. L’application qui compte désormais 20 millions d’utilisateurs est très critiquée pour sa politique de confidentialité. 
 
« Tout le monde l'utilise et ça permet d'éviter les nombreux groupes WhatsApp », confie un trentenaire parisien au journal Le Monde. « Peu importe l'âge on s'y retrouve tous et ça permet de passer du bon temps ensemble, avec une vraie activité ». Houseparty qui permet de se voir, discuter en groupe lors d’un apéritif, par exemple, se distingue des autres applications de visioconférence, par son coté plus festif.
 
Les autres réseaux sociaux et notamment Facebook ne sont pas plus sollicités qu’avant le confinement. Seul changement ce que les internautes partagent. On y lance des jeux, des défis, des photos d’avant le confinement, des souvenir du bon temps, quand chacun était libre d'embrasser, de se serrer la main ou... de s'injurier. Désormais, sur Facebook le temps est à la solidarité avec les soignants, aux témoignages de ceux qui perdent un être cher. 
 
Enfin Skype reste l'application de référence, la plus connue pour les appels de groupe en visioconférence, même si Zoom lui dame le pion avec une plus grande souplesse d’utilisation et un nombre plus important de personnes connectées simultanément (50 pour Skype contre 100 pour Zoom). Disponible gratuitement en version standard, Skype nécessite un compte pour se connecter, ce qui n’est pas le cas de Zoom où seul l’animateur de séance doit disposer d’un compte.



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Juridique | Consommation | Société


PAVIC Angers Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire