Hydrogène : Une voiture française bat le record du monde de distance


Rédigé par le Samedi 14 Mai 2022 à 09:48

Plus de 2000 km parcourus sans recharger la batterie, c’est le record battu ce mercredi 11 mai, sur le circuit automobile d’Albi, par une voiture roulant à l’hydrogène. Ce record ouvre des perspectives aux constructeurs automobiles en leur permettant de faire face au défi de la transition énergétique et écologique.


Marc Lambec, Président d’ARM Engineering avec Marie-Christine Verdier-Jouclas (député LREM de la 2e circonscription du Tarn), devant la Zoé prototype qui a servi à établir le record du monde (Photo Facebook Marie-Christine Verdier-Jouclas)
Marc Lambec, Président d’ARM Engineering avec Marie-Christine Verdier-Jouclas (député LREM de la 2e circonscription du Tarn), devant la Zoé prototype qui a servi à établir le record du monde (Photo Facebook Marie-Christine Verdier-Jouclas)
Pour le secteur automobile, le record du monde de la distance réalisé avec une voiture roulant à l’hydrogène n’est pas passé inaperçu. « Ce record a été établi sur le circuit automobile d’Albi (Tarn), avec une voiture roulant à l’hydrogène produit à partir de biométhanol », rapporte l’AFP. La voiture utilisée pour cette expérimentation est une Renault Zoé modifiée par l’entreprise ARM Engineering  de Montant (Tarn), laquelle a roulé avec une seule charge de sa pile à combustible et un plein de 200 litres de G-H3, un biocarburant issu de sources décarbonnées, de CO2 ou de biomasses non alimentaire, mais aussi de la méthanisation du fumier d’animaux ou de résidu végétal. Un carburant de nouvelle génération, développé par l'entreprise tarnaise, qui ouvre de nouveaux débouchés au secteur agricole. A condition que ce secteur puisse continuer à élever des animaux et produire du fumier. 
 
ARM Engineering est un cabinet de recherche et développement destiné à proposer des solutions innovantes pour le marché des transports en France. Créée en 2017 à l’occasion de la réglementation française concernant les transformations des moteurs essence au mixte carburants essence et superéthanol E85, cette entreprise du sud-ouest s’est fixée pour mission principale d’améliorer la mobilité avec des solutions innovantes et durables. 

Forte d’une solide expérience la société tarnaise, experte en conversion de moteur essence à l’E85, « ARM Engineering s’est intéressée aux carburants de synthèse ainsi qu’aux piles à combustible pour répondre durablement aux problématiques environnementales et proposer une solution alternative à l’hydrogène simple ou au tout électrique », peut-on lire sur le site web de l’entreprise.
 
Le procédé étudié par ARM Engineering, quoique très encombrant pour l'instant, mais avec des possibilités d’amélioration, permet d'utiliser le biocarburant G-H3 afin de fournir de l'hydrogène « pour créer de l'électricité et alimenter la batterie », explique Marc LAMBEC, son jeune président (39 ans).  
 
« Le leitmotiv, c'est de sortir du fossile »

Pour battre ce record de distance sans recharge, 5 pilotes se sont relayés sur le circuit auto d’Albi, pendant 3 jours, de 7h le matin à minuit, au volant du prototype Zoé. Le précédent record de distance sans recharge a été établi par une Toyota Mirai, aux USA, sur une distance de 1360 km. Réalisé sous le contrôle d’un huissier et d’un chronométreur officiel de courses automobiles, le nouveau record du monde a été exactement établi à 2055,68 km, rapporte l’AFP. 

« Le leitmotiv, c'est de sortir du fossile », ajoute Marc LAMBEC, qui espère que l'utilisation de ce carburant pourra être développée pour d'autres secteurs d'activité comme le bâtiment ou les transports en commun. Selon le président d'ARM Engineering le G-H3 couterait environ un euro par litre, précisant que le process que son entreprise a développé à seulement besoin d'un demi-litre de biocarburant pour produire un kWh d'électricité. Une haute technicité en matière de biocarburant qui pourrait révolutionner le monde de l’automobile mais aussi de l’agriculture. 
 
Selon le cabinet de recherche et développement, le mécanisme serait aussi adaptable aux voitures thermiques, sur lesquelles il suffit d'ajouter un boîtier de conversion pour qu'elle puisse rouler au G-H3. « Sur un véhicule thermique, le dispositif permet de réduire de 80% les émissions de CO2, de ne plus émettre de particules fines, tandis que par rapport une voiture électrique à combustible hydrogène, les émissions de gaz à effet de serre sont réduites de 80% », soutient Marc LAMBEC. 
 
Depuis que l’État Français soutient la conversion énergétique du secteur automobile, les constructeurs ont multiplié leur offre en matière de véhicules électriques. Tous ont au moins un modèle quand ce n’est pas plusieurs, à leur catalogue, en plus des véhicules hybrides. Les véhicules totalement électriques représentent désormais 10% du marché européen, rapporte le magazine Capital. L'hydrogène, très énergivore au moment de sa production, est aussi une piste pour remplacer le pétrole à moyen terme, notamment pour des marques comme Toyota, Stellantis ou Hyundai.

Bon à savoir

L’e-carburant G-H3 est une essence de synthèse qui est fabriqué en utilisant de l’électricité issue de sources décarbonnées, de CO2 ou de biomasses non alimentaire. Le G-H3 se compose de CO2 mélangé à de l’hydrogène grâce à une électrolyse de l’eau avec une énergie électrique verte telle que l’éolien ou le photovoltaïque. Elle peut également réalisée par principe de « méthanisation » issu de biomasses non alimentaire (fumier ou de résidus végétal). Contrairement au carburant E-85, le G-H3 n’est pas mélangé à l’essence c’est un biocarburant pur de seconde génération. (Source ARM Engineering)



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Règlementation | Consommation | Société


vignette adhésion Banniere Don