Hydrogène de France lance la construction de la plus grande centrale hydrogène-électrique au monde


Rédigé par le Vendredi 1 Octobre 2021 à 16:29 | Lu 1106 fois


HDF (Hydrogène de France) qui vient de terminer son tour de table financier, lance la construction, en Guyane, de la première centrale au monde d’énergie renouvelable non-intermittente, grâce aux technologies hydrogène. Un grand projet qui en appellera d’autres.


le projet de la centrale guyanaise dont le production devrait démarré en 2024 (Extrait vidéo HDF Energy)
le projet de la centrale guyanaise dont le production devrait démarré en 2024 (Extrait vidéo HDF Energy)
Centrale électrique multi-mégawatts produisant une électricité stable et pilotable, 24h/24, sans émission polluante, la centrale GEOG démarre dans l’Ouest Guyannais (Département d’Outre-Mer) grâce à un apport en fonds propres assuré par Meridiam et la SARA en tant qu’actionnaires aux côtés de HDF (Hydrogène de France) et un contrat d’achat de l’électricité de 25 ans signé avec EDF. D’autres financeurs telles que des banques commerciales et de développement ont également rejoint ce projet de grande envergure en matière de production d’énergie renouvelable. Ce sera, selon les investisseurs la plus grande centrale au monde. 

D’une capacité de 55 mégawatts, cette centrale va être installée sur la commune de Mana, près de Saint-Laurent du Maroni, au nord de la Guyane, un territoire français qui connaît une très forte croissance démographique, où l’électricité est encore assurée pour près de moitié par les énergies fossiles comme le fioul.

Pour cette unité de production de grande taille, qui sera la première centrale électrique multi-mégawatts à hydrogène au monde ainsi que le plus grand projet au monde de stockage des énergies renouvelables intermittentes via l’hydrogène vert (128 MWh d’énergie stockée), le contrat d’ingénierie, de fourniture des équipements et de construction a été attribué à Siemens Energy. Les technologies hydrogène, sélectionnées à l’issue d’une mise en concurrence internationale, sont de McPhy pour les électrolyseurs et de HDF pour les piles à combustible de forte puissance. 
 
« Première centrale Renewstable® au monde, CEOG démontre que la solution de HDF répond dès aujourd’hui à un marché extrêmement vaste, celui de la production d’électricité pour les réseaux alimentés actuellement par des centrales fossiles », explique Damien HAVARD, Président Directeur général de Hydrogène de France. « En produisant une énergie renouvelable non intermittente, CEOG – que nous sommes déjà en train de dupliquer dans le monde entier – ouvre une nouvelle ère pour les énergies renouvelables ». Une centrale Renewstable® permet de produire localement une électricité consommée localement, sans les inconvénients liés à la logistique d’approvisionnement en combustible. 
 
Cette centrale qui se présente comme nouveau type de centrale électrique inventé et développé par HDF, produira une électricité 100% renouvelable, stable et pilotable pour approvisionner toute l’année, de jour comme de nuit, l'équivalent de 10 000 foyers de l’Ouest guyanais à un coût inférieur aux centrales diésel du territoire, mais sans émission de gaz à effet de serre, de particules fines, de bruit ou de fumées. 

Représentant un investissement total de 170 millions d’euros, CEOG est constituée d’un parc photovoltaïque, d’un stockage d’énergie long terme et massif sous forme d’hydrogène vert couplé à un stockage court terme par batteries. Sa production, injectée sur le réseau électrique EDF, est garantie par un contrat de type capacitaire de 25 ans : c’est la première fois qu’une énergie renouvelable est encadrée par un contrat de type « centrales thermiques ». 
 
Cette caractéristique de Renewstable® est primordiale pour les gestionnaires de réseaux électriques isolés ou pour réduire la congestion des grands réseaux. Elle est une garantie de la stabilité de l’électricité produite, cruciale pour l’injection massive des énergies propres dans les réseaux. 
 
Des études sont actuellement menées pour répliquer CEOG dans une vingtaine de pays, en particulier au Mexique, dans les Caraïbes, en Afrique australe, en Indonésie, en Australie. 
 
Ces projets les plus avancés représentent 1,3 milliards d’euros d’investissement. Offrant une alternative compétitive aux centrales électriques thermiques, ces nouvelles centrales ouvrent un marché considérable, selon le pionnier mondial de l’hydrogène. HDF considère que le chiffre d’affaires pourrait s’élever à environ 2,5 milliards d’euros. De quoi aiguser les appétits de pays à la recherche de centrales électriques nouvelles génération. 
 
Installée à Bordeaux, HDF développe des centrales Hydrogen-to-Power de grande capacité et participe à leur exploitation au travers de sociétés projets dédiées. Ces centrales fournissent une électricité continue ou à la demande à partir d’énergies renouvelables (éolien ou solaire), associées à des piles à combustible de forte puissance. 



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Règlementation | Consommation | Société


vignette adhésion Banniere Don