Ville Intelligente Mag
Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

Mobilité : à Caen la mer, un tramway fer remplace l’ancien sur pneus


Rédigé par le Lundi 29 Juillet 2019 à 16:47 | Lu 915 fois


Remplacer un ancien tramway à pneus par un tramway sur rail, une idée qui ne manque pas d’originalité quand on connait le coût de la mise en place d’un réseau ferré. Caen la Mer, communauté urbaine du Grand Caen dans le Calvados, vient de le faire et c’est même une grande première. Ce nouveau service de mobilité urbaine a été récemment ouvert au public.


Après 18 mois de travaux, depuis le 27 juillet 2019, un nouveau tramway est en service dans les rues de la métropole urbaine de Caen. Installer un tramway pour acheminer rapidement des voyageurs d’un point à un autre d’une ville n’a rien d’original aujourd’hui. Quelle ville n’a pas son tramway, en complément des réseaux de bus ? L’originalité de l’installation de Caen la Mer, métropole urbaine de 50 communes autour de la ville de Caen, dans le Calvados, tient dans le fait que ce dernier remplace un précédent sur pneus, un TVR (Transport sur voie réservée) devenu tropvieux et surtout objet de nombreux dysfonctionnements.
 
Installé en novembre 2002, le tramway léger de Caen, successeur lointain de celui qui fonctionnait au début du siècle dernier jusqu’en 1937, était d’une construction peu commune. Il roulait sur pneumatiques et utilisait un rail central et des caténaires pour se guider et s’alimenter en courant électrique. Mais depuis son installation ce tram sur pneus faisait l’objet de nombreuses critiques. Développé par le Canadien Bombardier, ce tramway sur pneu n’a cessé de décevoir. « Il tire notre réseau de transports en commun vers le bas, alors qu’il devrait en être l’élément porteur», jugeait Éric Vève, président de Viacités, l'ex-syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération caennaise en décembre 2011 dans Coté Caen. Et, fait unique en France, les usagers lui préféraient le bus. Un vrai fiasco qui a poussé les gestionnaires à abandonner ce mode de transport collectif pour en étudier un autre, plus moderne.
 
Dès lors se posait la question de le remplacer par un système de bus à haut niveau de service (BHNS), également guidé et ou un tramway sur deux rails. La collectivité choisit la seconde solution, plus propre et à capacité augmentée, tant dans la taille des rames qui permettent d’accepter plus de passager, mais aussi dans les cadences de circulation. Et quitte à faire des travaux, ce choix assumé mais maitrisé sur le plan budgétaire, permet aussi de revoir les tracés en fonction de l’urbanisation.
 
«  Le résultat est à la hauteur de nos espérances »

 Lancé en juillet 2013 et confié en maîtrise d’ouvrage déléguée au groupement « Egis et Normandie Aménagement  », le nouveau projet baptisé « Tramway 2019 », s’est fixé pour objectif de « remédier aux dysfonctionnements et aux difficultés de maintenance du précédent système et créer une seconde ligne ».
 
Même si le nouvel équipement réutilise l’ancien tracé, les travaux auront tout de même durés 18 mois. Presque deux ans pendant lesquels riverains et notamment les commerçants, ont souffert, comme dans toutes les villes qui entreprennent ce genre de travaux. Le jour de l’inauguration, ce 27 juillet, Joël Bruneau, le maire de Caen, a remercié « tous ceux qui ont subi avec patience les désagréments des travaux. Le résultat est à la hauteur de nos espérances.» (Ouest France).

Durant moins longtemps qu’une construction classique, les travaux ont nécessité la modification du gabarit, la mise en adéquation avec les règles de sécurité, la modification des capacités de giration et de franchissement des pentes du matériel roulant, tout en réutilisant une partie des équipements existants. Une prouesse technique et certainement une première en France, à laquelle s’ajoutait la construction d’un centre de maintenance et la mise en place d’un système de continuité de service. Cette dernière a été assurée par la mise en circulation de 50 bus articulés, destinés à se substituer au TVR pendant la durée des travaux. 
 
Ce nouveau tramway fer dont le coût s’élève à 259,9 millions d’euros, financé par la métropole urbaine Caen-la-Mer, a bénéficié de subventions de l’État à hauteur de 27 millions d’euros et du département du Calvados pour 45 millions. D’autres subventions ont été également sollicitées : 15 millions d’euros auprès de la Région et autant de l’Europe, ainsi que 2,8 millions dans le cadre du contrat de territoire de la Région. Le réseau est opéré par le délégataire Twisto  (Keolis Caen, filiale du groupe Keolis).

Le public s’est déplacé en nombre lors de la journée d’inauguration du 27 juillet. Gageons qu’il reviendra vers ce moyen ce transport, efficient en matière de mobilité, qu’il avait délaissé depuis des années. 



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Octobre 2019 - 09:46 Vélo dans la ville, où en sommes-nous ?

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Juridique | Consommation


PAVIC Angers Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire