Rénovation énergétique : des communes franciliennes récompensées pour leur engagement


Rédigé par le Mercredi 13 Juillet 2022 à 11:10

Financé dans le cadre du programme « Rénovons Collectif », porté par Île-de-France Énergies, l’AREC Ile-de-France (département énergie-climat de l’Institut Paris Région), l’Association des Maires d’Ile-de-France (AMIF) et leurs partenaires, le troisième trophée des communes pour la rénovation a récemment récompensé quatre collectivités pour leurs projets exemplaires en faveur de la rénovation énergétique sur le patrimoine bâti. Alors que la canicule s’installe sur l’hexagone, ce trophée donne l’occasion de revenir sur l’investissement de certaines collectivités.


Les lauréats du 3eme trophée lors du salon des maires d’Île-de-France 2022 (photo AMIF)
Les lauréats du 3eme trophée lors du salon des maires d’Île-de-France 2022 (photo AMIF)
Accueillant un nouveau partenaire, l’ADEME Ile-de-France, le « Trophée des communes pour la rénovation énergétique » a récompensé, le 29 juin dernier, dans le cadre du salon des maires d’Île-de-France, quatre communes qui portent des projets exemplaires et représentatifs de leur engagement en faveur de la rénovation énergétique sur le patrimoine bâti qu’il soit public, social ou privé. 
 
Ce Trophée, dont la troisième édition avait lieu cette année, vise à mesurer à quel point les questions environnementales font partie intégrante des préoccupations des collectivités et à mettre en avant l’importance d’adopter une stratégie globale et une démarche partenariale pour développer des actions efficaces en matière de rénovation énergétique du bâti au niveau de son territoire. 
 
Cette année, le jury composé d’acteur de la transition énergétique, a évalué chez les candidats leurs stratégies et ambitions fixées, leur exemplarité environnementale et sociale, ainsi que la diversité et la qualité de leur démarche mise en œuvre auprès des acteurs du territoire. 
 
Dans un contexte marqué par le renforcement des exigences règlementaires pour la rénovation des bâtiments et l’éradication des passoires thermiques, mis en avant dans la loi « climat et résilience », les maires ont plus que jamais un rôle crucial à jouer pour accompagner au mieux la transition énergétique. Ce Trophée constitue un moyen d’encourager les villes pour accélérer la démarche de rénovation énergétique sur les bâtiments, publics et privés, et ce, quelle que soit la taille des communes. 
 
Ce trophée qui a pour objectif d’encourager les élus locaux à s’investir dans une démarche de rénovation énergétique, est financé par le dispositif « Rénovons collectif  », un programme porté par Île-de France Énergies qui vise à accélérer et massifier la rénovation énergétique des copropriétés en France. Ce programme, qui se déclinera jusque fin 2023 est doté de 13,7 millions d’euros. Il a été attribué par le Ministère de la Transition écologique et est entièrement financé par les CEE (certificats d’économie d’énergie). Avec 51 collectivités partenaires réparties sur tout le territoire, ce programme devrait permettre de toucher 20 millions d’habitants, soit près d’un tiers de la population française et de cibler 86 500 copropriétés. La rénovation des bâtiments et le renforcement de leur efficacité énergétique sont désormais des axes primordiaux dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Les communes lauréates du 3e trophée

Pour ce trophée, 4 prix ont été attribués : un concernant les communes de moins de 10 000 habitants, puis les communes de 10 000 à 30 000 habitants, les communes de plus de 30 000 habitants, et enfin un prix coup de cœur du jury. 
 
Le coup de cœur du jury a été attribué à la ville de Fontenay-aux-Roses (92). Ce sont les stratégies et objectifs en matière de rénovation énergétique développés par cette commune qui ont retenu l’attention du jury. 3 axes ont été développés : la sobriété énergétique (limitation des déperditions, amélioration de pilotage des installations), l’efficacité énergétique (amélioration de la performance des systèmes) et enfin la substitution énergétique et le recours aux énergies renouvelables et de récupération. Cette commune qui accompagne les bailleurs sociaux pour la réhabilitation de plusieurs résidences (environ 650 logements) a vu, à la suite des opérations de rénovation réalisées sur le parc communal, ses consommations de gaz et d'électricité baisser de 26 à 31%. Les deux dernières rénovations engagées, une maternelle et un centre de loisir, prévoient une baisse des consommations énergétiques entre 57 et 65%. 
 
« Ce prix est un signal fort et nous allons continuer notre action », a déclaré Dominique LAFON, adjoint au maire de Fontenay aux-Roses et conseiller territorial Vallée Sud Grand Paris, lors de la remise du prix. « J’aimerais que l’on arrête de parler de retour sur investissement pour la rénovation énergétique, changeons sa définition, parlons de retour sur la qualité de vie, de baisse des consommations… il ne faut pas compter uniquement en argent » 
 
Le prix des communes de moins de 10 000 habitants a été attribué à la ville de Puiseux-en-France (95), une commune dont le parc privé qui date des années 1960-1970, est majoritairement pavillonnaire et occupé par des seniors. Le projet qui a retenu l’attention du jury porte sur le programme pluriannuel de rénovation énergétique pour le Groupe Scolaire Marcel Pagnol, sur l’installation de chauffage par l’intégration d’une chaudière gaz naturel d’une puissance de 400 Kw à haute performance sur une simulation technique et financière pour l’intégration, sur l’un des groupes scolaires de la ville, d’un équipement de chauffage utilisant des pellets, option qui est étudiée pour des prochains projets.  
 
« Par ce prix, nous récompensons l’effort des communes, leur travail pour la diminution des consommations d’énergie et la lutte contre le changement climatique. Quelle que soit leur échelle, toutes les collectivités peuvent agir », a déclaré Benjamin CHKROUN, conseiller régional Ile-de-France et président du Conseil de Surveillance d’Ile-de-France Énergies lors de la remise du prix aux représentants de la commune.  
 
Dans la catégorie des communes qui se situent entre 10 000 à 30 000 habitants, c’est la ville de Saint Mandé (94) qui obtient le prix.  La commune de Saint-Mandé a mis en place un programme de rénovation des bâtiments communaux inscrit dans le Plan Communal de Transition Écologique (PCTE) adopté en 2021. Le PCTE vise à décliner les actions du plan climat air-énergie territorial de Paris Est Marne-et-Bois au niveau de la commune, en priorisant les gisements de déperdition de chaleurs les plus importants. La commune mène des projets à plusieurs échelles : la rénovation de l’enveloppe thermique des bâtiments, le remplacement des chaudières et le changement vers l’éclairage LED. Avec à la clé, comme les autres lauréats, une baisse de la consommation énergétique et de l’impact carbone des bâtiments. 
 
« Ce prix récompense tout le projet pluriannuel et global que nous menons et qui ne concerne pas qu’un seul bâtiment.  Dans la rénovation énergétique il est important d’adopter une approche globale, c’est un changement de paradigme, surtout qu’en France nous avons la chance d’avoir des subventions pour cela », explique Julien WEIL, maire de Saint-Mandé.  
 
Enfin, le prix concernant les communes de plus de 30 000 habitants est attribué à Rosny-sous-Bois (93), une collectivité qui rénove progressivement le parc communal avec un ordre de priorité : bâtiments d’enseignement, bâtiments sportifs et hôtel de ville. La ville a établi une roadmap pour atteindre les objectifs du décret tertiaire, établi dans le cadre de la loi ELAN et visant à réduire les consommations énergétiques de - 40% en 2030, - 50% en 2040 et - 60% en 2050 par rapport à une année de référence située entre 2010 et 2020. 
 
Le projet exemplaire sur lequel la commune a été récompensée est la rénovation de l’école maternelle Bois Perrier engagée en 2022 : bioclimatisme, matériaux bio sourcés, isolation des façades en paille avec enveloppe bois, ventilation naturelle double flux avec récupération de chaleur. La facture annuelle devrait passer de 61 200 € à 17 040 € et les consommations de 255 KWh/m2/an à 71 kWh/m2/an, soit - 72%. 
 
« Au-delà du projet de rénovation énergétique, ce trophée met en avant notre engagement pour la transition écologique », déclarait Jean-Paul FAUCONNET, maire de Rosny-sous-Bois, lors de l’attribution du prix.  « Devant l’urgence climatique, notre équipe municipale a décidé d’accélérer son action en renforçant ses équipes dans les services pour la rénovation énergétique et la construction durable ».
 
De biens beaux projets qui donnent du sens à la transition énergétique et au développement durable, dont nombre de communes vont certainement s’inspirer.  



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Energie | Mobilité | Habitat | Aménagement | Environnement | e-Santé | Règlementation | Consommation | Société


vignette adhésion Banniere Don