Ville Intelligente Mag
Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

Téléconsultation médicale : pour tous les patients à partir du 15 septembre


Rédigé par le Vendredi 14 Septembre 2018 à 14:21 | Lu 411 fois


Petite révolution dans le milieu de la Santé : à partir de la mi-septembre, la télémédecine va devenir une réalité en France. Plus besoin de se déplacer vers un cabinet médical, tous les assurés pourront recourir à la consultation à distance et pas seulement les patients ayant des problèmes de mobilité. L’acte médical correspondant sera pris en charge par l’Assurance Maladie.


La consultation médicale à distance, ça commence le 15 septembre (Photo Adobe Stock)
La consultation médicale à distance, ça commence le 15 septembre (Photo Adobe Stock)
On en parle depuis des mois. La télémédecine, c’est à dire la consultation médicale à distance, via un système de visioconférence ou des cabines connectées, va devenir possible dès la mi-septembre, pour tous les assurés.

La pratique n’est pas nouvelle et des expérience ont déjà été menées dans des sites éloignés des centres de consultation médicales ou pour des personnes ayant des problème de mobilité. Dès demain, il sera donc possible pour tous les assurés, quel que soit leur lieu de résidence, et à tout médecin, quelle que soit sa spécialité, de recourir à une téléconsultation c’est à dire un examen médical par visioconférence.

« La mise en place de la télémédecine en général et de la téléconsultation en particulier, est un enjeu clé pour l’amélioration de l’organisation du système de santé et l’accès aux soins pour tous les assurés sur tout le territoire », explique l’Assurance Maladie en présentant la mise en service pour tous de la téléconsulation sur le site Ameli. « Elle permet une prise en charge et un suivi plus rapide, en évitant que des patients renoncent à des soins car ils ne trouvent pas de médecins spécialistes ou à cause de délais de prise en charge trop longs ».

Point important et non des moindre en matière de dépenses de santé : « la télémédecine constitue aussi un moyen de limiter pour les patients les déplacements inutiles ou le recours aux urgences. Dans certaines situations, cela peut éviter des hospitalisations et des ré-hospitalisations ».
 

La téléconsultation c’est quoi ?

Comme la consultation classique, dans un cabinet médical, c’est une une consultation réalisée par un médecin généraliste ou de toute autre spécialité médicale, à distance d’un patient. Le patient peut être assisté d’un autre professionnel de santé, un autre médecin, un infirmier, un pharmacien par exemple…, mais ce n’est pas obligatoire. Cette consultation doit nécessairement se faire par vidéo pour être prise en charge par l’Assurance Maladie. « Le conseil qu’un médecin peut donner à un patient par téléphone ne relève pas du champ de la téléconsultation remboursable » précise l’Assurance Maladie. De plus, le médecin qui assure la téléconsultation doit en principe déjà connaître le patient.

Ce dispositif ouvert à tous les patients quel que soit leur lieu de résidence a fait l’objet d’un arrêté en date du 16 août publié au Journal Officiel. Cet arrêté qui fait suite à la publication, mi-août d’un avenant à la convention qui lie les médecins libéraux et l’Assurance Maladie, précise les tarifs de deux nouveaux actes médicaux : la télémédecine et télé-expertise. En métropole les actes de télémédecine sont valorisés entre 23 et 70 euros, alors que ceux de la télé-expertise sont valorisés entre 12 et 20 euros.
 

Comment ça marche ?

Tout d’abord le médecin devra être équipé du matériel lui permettant de proposer des consultations à distance. Les médecins pourront se faire aider financièrement à hauteur 525 € rapporte le quotidien médecin, pour acquérir les appareils médicaux connectés et s’abonner à un service sécurisé de téléconsultation.

Ensuite, une téléconsultation se déroule comme une consultation classique. « C’est le médecin téléconsultant, médecin traitant ou médecin spécialiste vers lequel le patient a été orienté par le médecin traitant, qui informe le patient des modalités de réalisation de la téléconsultation » rapporte l’Assurance Maladie et « il doit d’abord recueillir l’accord de ce dernier ». Le médecin invitera le patient à se connecter sur un site ou une application sécurisé(e) via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, équipés d’une webcam. Mais il peut aussi être orienté vers une cabine ou un chariot de téléconsultation installé à proximité. Des dispositifs ont été installés dans des maison de santé pluriprofessionnelle, des centres de santé, des pharmacie, voire des grandes entreprises. Ces cabines disposent d’appareils de mesures et d’examens facilitant le diagnostic.

« Le médecin téléconsultant a le choix de l’équipement auquel il souhaite recourir pour la vidéotransmission dès lors qu’il s’assure que la qualité de la consultation ainsi que la confidentialité et la sécurité des échanges sont garanties », ajoute l’Assurance Maladie.

A la fin de la consultation, le médecin peut établir une prescription qui sera transmise au médecin par voie électronique. Le médecin rédigera un compte rendu de consultation qu’il archivera dans le Dossier Médical du patient. La téléconsultation sera réglée en ligne et sera prise en charge comme une consultation classique (70 % remboursés par l'Assurance Maladie et 30 % remboursés par la complémentaire) avec application du tiers payant dans son intégralité pour tous les patients pour lesquels il constitue un droit.

A priori toutes les situations médicales peuvent être concernées. Mais le médecin est le seul capable de déterminer si la consultation est réalisable à distance, certaines situations critiques imposant tout de même la présence physique du patient.
 



Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Administration | In the world | En France | Villes Smart | e-Santé | Smart City Web TV | Les dossiers de la Smart City | Publi-Information | Les rendez-vous de l'innovation | Droit du numérique


PAVIC Angers BSE Group Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire