Ville Intelligente Mag
Magazine de la Smart City, de l'écosystème numérique et de la e-Santé

Ville intelligente : existe-il-une spécificité française questionne France Urbaine ?


Rédigé par le Vendredi 8 Novembre 2019 à 10:47 | Lu 2087 fois


Le concept de Smart City tend à se développer en France, le plus souvent sur des bases technologiques et digitales. Mais quelle est vraiment la finalité des usages du numérique appliqués à la ville ? Dans quelle mesure le numérique permet-il de favoriser les innovations sociales ? Existe-il un modèle français que d’autres pays pourraient nous envier. Autant de questions que pose l’association France Urbaine dans un rapport rédigé à l’occasion du Smart City Expo World Congress (SCEWC) qui se tient mi-novembre à Barcelone (Espagne).


Grenoble Alpes Isère, une des métropoles présentées dans le rapport de France Urbaine (photo Adobe Stock)
Grenoble Alpes Isère, une des métropoles présentées dans le rapport de France Urbaine (photo Adobe Stock)
Le constat n’est pas nouveau, mais à tendance à s’accélérer du fait de la proximité des bassins d’emploi et des moyens et coûts de déplacement : depuis plusieurs années nous assistons à une évolution constante de la densité́ urbaine. « D’après l’Organisation des nations-unies (ONU), environ 70 % de la population mondiale habitera en ville d’ici 2050 », rappelle France Urbaine, l’association qui réunit les grandes villes, grandes intercommunalités et métropoles françaises. 
 
Après un départ des salariés vers les zones rurales, plus intéressante sur le plan financier et de qualité de vie, force est de constater que retour des français vers les métropoles est engagé. Pas vers les centres-villes, souvent inaccessibles pour les catégories sociales les plus défavorisées, mais dans les cités périphériques qui voient grossir leur population, augmentant du même coup celle des territoires métropolitains.   
 
Comme l’analyse France Urbaine dans le rapport intitulé « Villes, numérique et innovation sociale : expériences françaises », établi à l’occasion du « Smart City Expo World Congress » tient à Barcelone du 19 au 21 novembre 2019, « ce phénomène global recouvre plusieurs enjeux : de la transition écologique, de la mutation des transports et de la mobilité́, la préservation des services publics et de l’accès aux soins ou encore la promotion du vivre-ensemble ». 
 
Ce rapport qui présente les avancées de l’aménagement des villes au travers de métropole déjà fortement engagés dans une démarche de ville intelligente (Angers, Annecy, Lyon, Dijon, Toulouse, Issy-les-Moulineaux, Nantes, Mulhouse, Dunkerque…) a souhaité́ « dresser un panorama des initiatives prises par les centres urbains et montrer comment l’usage des nouvelles technologies peut favoriser le mieux-vivre en ville ». Alors que la prise en compte de la solidarité entre citoyens et l’accès préservé des services publics est de plus en plus prégnante, ce rapport veut surtout questionner la possible existence d’une spécificité́ française de la ville intelligente. 
 
« Il n’existe pas un seul modèle de ville intelligente. Une ville c’est avant tout un contexte, un lieu de vie, un système complexe qui a sa propre personnalité ». 

 Pour Carlos Moreno, Directeur scientifique de la Chaire ETI | IAE à l’Université́ Paris1 Panthéon Sorbonne, Médaille de la prospective 2019 et membre de l’Académie d’Architecture, qui ouvre ce rapport sur la genèse de la ville intelligente, « il n’existe pas un seul modèle de ville intelligente. Une ville c’est avant tout un contexte, un lieu de vie, un système complexe qui a sa propre personnalité. Elle est le produit d’une histoire, elle est à l’image de ses habitants et de leur projet commun, elle est vivante ».
 
Pour celui que d’aucuns considère comme un visionnaire en matière de développement de la ville de demain, si le contexte est déterminant et la technologie un élément essentiel permettant de faire évoluer les modèles de gouvernance, il ne faut pas perdre de vue le facteur humain. 
 
Tout en s’ouvrant à l’initiative privée qui travaille dans l’espace social, avec des capacités de performance économique mais aussi de lien social et de responsabilité écologique, « il faut laisser de la place à l’initiative citoyenne en ayant toujours en tête que si le maire est là pour donner une vision, cadrer le développement et piloter une équipe de gestion, il doit favoriser l’expression de la vie dans la ville dans ses multiples formes pour façonner cette approche de ville ouverte, participative, vivante et créative », poursuit Carlos Moreno. 
 
Il est évident, comme le souligne ce rapport que « la ville intelligente nécessite un portage politique local ». Le maire, véritable pilote de l’avion, doit bénéficier de la confiance de ses citoyens et savoir fédérer autour d’un projet qui contribue à donner du sens à sa ville. « Il est le pivot de la feuille de route de cette ville intelligente à vocation humaine aujourd’hui, car ce n’est pas la technologie elle-même, mais bien la capacité́ à créer des usages et des services qui contribuent à l’amélioration de la qualité́ de vie, qui apportent des réponses aux besoins des citoyens », appuie Carlos Moreno. « Sans cette mise en cohérence, sans cette mise en perspective dans le temps, la ville intelligente n’a pas de sens ».
 
Dont acte. Ce rapport recense, dans une quinzaine de fiches, chacune dédiée à une collectivité́ différente en termes de taille et de situation géographique et sociale, à la fois la démarche globale portée en matière de ville intelligente tout en dressant un panorama des initiatives prises par les centres urbains qui se sont saisis du numérique comme un puissant levier d’aménagement du territoire, facilitateur du quotidien et vecteur d’innovation sociale. 
 
Nul doute qu’à la veille des élections municipales, ce rapport qui sera présenté lors d’évènements mondiaux (Forum urbain mondial 2020, Assises de la coopération décentralisée, Sommet Afrique-France 2020 sur la Ville durable...), permettra de mieux mesurer l’emploi spécifique des infrastructures et usages numériques des villes françaises, plaçant la smart city à la française comme un modèle à part entière et servira dans certains cas servir de base à l’établissement d’un programme cohérent pour les candidats. 

 




Yannick SOURISSEAU
- Web journaliste et rédacteur en chef de Ville Intelligente Mag - Formateur journalisme en ligne... En savoir plus sur cet auteur


              

Villes Smart | Smart Territoires


PAVIC Angers Angers Connect Angers French Tech Ruckus Playmoweb CCI Maine-et-Loire