Transports en Commun : Visa étend son réseau de partenaires sans contact  01/03/2018

Photo CNRS

Visa a annoncé avoir signé un nouvel accord dans le cadre de son programme mettant les technologies de paiement à la disposition des opérateurs de transports en commun, Visa Ready for Transit, avec 14 entreprises technologiques issues de 10 pays différents.

Le programme s’appuie sur des entreprises dont les solutions technologiques favorisent la fluidité et la simplicité des trajets quotidiens grâce au paiement sans contact. Leur activité contribue ainsi à promouvoir la croissance du sans contact dans les transports en commun du monde entier. Lancé en partenariat avec Vix et Worldline, le programme Visa Ready for Transit a été annoncé en novembre 2017.

La certification Visa Ready labellise l’ensemble des solutions de qualité, prêtes à être déployées, permettant aux entreprises de transport d’offrir une expérience plus agréable aux voyageurs du monde entier via des solutions sécurisées.

« Partout dans le monde, nous constatons que les entreprises en lien avec le transport manifestent un intérêt certain pour les innovations en matière de paiement ; elles cherchent à savoir comment ces innovations peuvent améliorer l’expérience de leurs clients », explique Jason Blackhurst, Senior Vice President, innovation and strategic partnerships chez Visa. « Depuis le lancement du programme Visa Ready for Transit, 16 partenaires technologiques internationaux – petites entreprises technologiques comme grandes multinationales – nous ont rejoint. Or chacune de ces organisations peut contribuer à étendre les avantages des technologies numériques de Visa aux entreprises de transport du monde entier. »

Les partenaires de Visa Ready for Transit les plus récents produisent tous des logiciels ou du matériel informatique visant à favoriser la fluidité des déplacements pour les usagers du monde entier :

• AS Ridango (Estonie) fournit des solutions et des services de transport de pointe.
• BBPOS International Limited (Hong Kong) distribue une technologie mPOS (points de vente mobiles).
• Conduent Business Solutions (France) fournit différents services de gestion aux entreprises, leur apportant des compétences dans le traitement des transactions, l’automatisation et l’analyse.
• Digicon (Brésil) est spécialisé dans la fourniture de contrôleurs d’accès (tourniquets), d’outils pour contrôler le trafic, de systèmes de contrôle des stationnements (parcmètres), de pointeuses électroniques et de systèmes de billetterie automatiques pour les transports en commun.
• FIME (France) travaille avec les acteurs du transport afin d’assurer l’interopérabilité des systèmes d’encaissement du prix des tickets afin que les voyageurs bénéficient d’une expérience de transport fluide.
• Mennica Polska (Pologne) est l’opérateur de billetterie et l’intégrateur de solutions de paiements automatiques leader en Pologne.
• Paycraft (Inde) fournit des produits sans contact en boucle ouverte ayant la capacité de traiter des transactions en ligne et hors-ligne.
• Perto (Brésil) développe des produits et des services technologiques pour les banques et les commerçants.
• Planeta Informática (Brésil) fournit des solutions pour des systèmes et dispositifs de paiement sécurisés en ligne et hors-ligne.
• Quadrac (Japon) fournit des serveurs de paiement à très haute vitesse et des appareils de communication de proximité.
• Schiedt&Bachmann (Allemagne) fournit des systèmes de billetterie et d’information intelligents.
• Spire Payments (Luxembourg) fournit des solutions matérielles et logicielles pour les points de vente.
• Smartran Ltd (Royaume-Uni) fournit des solutions professionnelles intelligentes utilisant les applications mobiles sans contact EMV et NFC.
 T-Systems Ltd (Royaume-Uni) exploite des systèmes de technologies de l’information et de la communication pour des multinationales et des institutions du secteur public.

 

La Rédaction

La commune nouvelle de Vire Normandie se lance dans l'autopartage avec Clem'  28/02/2018

La commune nouvelle de Vire Normandie se lance dans l'autopartage avec Clem'
8 véhicules électriques dont 4 sans permis sont mis à disposition des habitants, via la plateforme Clem', à des tarifs préférentiels pour favoriser l'accès à une mobilité écologique à moindre coût et récréer du lien social au sein du territoire.

Reconnue par le ministère de l'environnement comme Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV), la commune nouvelle de Vire Normandie (Calvados) a inauguré le 20 février dernier son service d'autopartage de véhicules électriques, baptisé Ecomobil. La ville a bénéficié d'une subvention du ministère pour offrir une solution écologique pratique, favorisant l'accès à la mobilité à moindre coût pour tous et recréer du lien social. Pour opérer ce service, elle a fait appel à Clem', opérateur spécialiste de la mobilité en territoire rural et peri-urbain.

Quatre Renault Zoé et 4 véhicules sans permis sont réservables depuis la plateforme opérée par Clem'  . Pour réserver un véhicule, il suffit de se créer un compte nominatif, opter pour l'option communauté Vire Normandie (pour les personnes qui détiennent un permis) ou communauté Vire Normandie sans permis. Il est possible de réserver un véhicule selon les créneaux disponibles ; un code permettra d'ouvrir la boîte à clés située à proximité du véhicule.
Les tarifs vont de 4,50€ la demi-journée à 9 euros la journée pour un véhicule avec permis et sont divisés par deux pour les véhicules sans permis (accessibles dès 16 ans si obtention du brevet de sécurité routière). Les véhicules sont disponibles en libre-serve 7j/7 de 5h30 à 21h30.

« Ce type d'initiative préfigure de l'avenir de l'écomobilité sur des zones à densité modérée : Ecomobil est un service idéal, en alternative à la voiture personnelle et aux transports en commun. Pas besoin d'acheter un deuxième véhicule pour aller faire ses cours ou aller chez le docteur, les 8 véhicules offrent une solution pratique à des déplacements écologiques et à moindre coût, dès 16 ans », commente Bruno Flinois, Président de Clem'.

Fondée en 2010 par des experts des nouvelles technologies et de l'environnement, Clem' compte une trentaine de collaborateurs et propose des solutions d'autopartage électrique aux entreprises, acteurs de l'habitat et collectivités auxquelles se sont agrégés le partage de trajets et la réservation de charge.
 
La Rédaction

France urbaine mobilise les collectivités pour l'agriculture urbaine et l'alimentation  05/02/2018

Agriculture urbaine - photo INRA
France urbaine a lancé une grande démarche auprès des collectivités intitulée « Villes, agriculture et alimentation : expériences françaises ». L'objectif est de valoriser et partager les bonnes pratiques en matière d'agriculture et d'alimentation sur les territoires français et d'engager des réflexions sur le futur de l'alimentation et l'agriculture urbaine.

Une publication sous forme de fiches (en français et en anglais) a été réalisée en partenariat avec la Caisse des dépôts, le réseau Vivapolis, la Délégation à l'action extérieure des collectivités territoriales (DACET) du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (MEAE).

Les stratégies alimentaires territoriales mises en avant dans la publication « Villes, agriculture et alimentation » montrent que les collectivités ont largement commencé à prendre conscience des défis auxquelles elles sont confrontées et de la manière dont une stratégie alimentaire appropriée peut contribuer à y répondre.

France urbaine a réuni le 26 janvier dernier l'ensemble des acteurs engagés dans cette démarche, et plus largement les membres de France urbaine qui ont tous souhaité poursuivre ce travail de réflexion commun au sein d'une nouvelle instance.

Ce projet suivra quatre pistes de travail correspondant aux missions historiques de France urbaine:

1.la défense des intérêts des collectivités dans le cadre de l'élaboration des normes nationales en construisant et développant un portage politique efficace ;
2.la mise en place un cadre d'échanges et de bonnes pratiques sur des sujets identifiés collectivement : espaces tests agricoles, création de lien entre l'urbain et le rural, les agriculteurs et les consommateurs, les agriculteurs et les collectivités, création de liens gagnant / gagnant entre les bassins de consommations et les bassins de production, protection des ressources en eau, gestion, raréfaction et l'optimisation du foncier, la restauration collective, la relation des territoires aux acteurs de la grande distribution, ... ;
3.la valorisation des actions des collectivités urbaines à l'international, en s'appuyant sur le soutien du MEAE et du réseau Vivapolis ;
4.La construction d'un plaidoyer, en lien avec Régions de France, en faveur des territoires sur la scène internationale, pour la reterritorialisation et la réorganisation des systèmes alimentaires.
 
Le concept d'Alliance des territoires, porté par France urbaine apparaît comme une étape clé de la transition vers un modèle alimentaire et agricole plus durable. Il fera l'objet d'une attention particulière dans la poursuite des travaux de l'association avec ses membres. Cela se traduira notamment par un renforcement des relations de travail avec Régions de France.

Les Journées Nationales de France urbaine, qui se dérouleront à Dijon les 5 et 6 avril 2018 seront une prochaine étape dans ce projet avec notamment un atelier dédié à la thématique « Alimentation et agriculture ».
La Rédaction

CES 2018 : les premiers retours sans langue de bois d'Olivier Ezratty  15/01/2018

CES 2018 : les premiers retours sans langue de bois d'Olivier Ezratty
Les tendances observées pendant un CES de Las Vegas ne sont que l’agrégat des actions d’une nuée de fournisseurs, petits et grands, qui ont émaillé les mois précédents. C’est une photo un peu arrangée de l’état du marché à un moment donné. On ne découvre pas grand-chose de véritablement nouveau pendant le salon si ce n’est quelques nouveautés anecdotiques ou confirmations de ce que l’on sait déjà. Cette cuvée 2018 du CES n’échappait pas à ces règles. Intelligence artificielle, objets connectés en tout genre, véhicules divers et/ou autonomes, smart city, VR/AR et 5G étaient au rendez-vous comme prévu et mis à toutes les sauces par les petits et les grands exposants.

Le CES 2018 a grandi en taille, passant d’une surface d’exposants de 241 000 mà 255 000 m2 et d’environ 4200 à 4500 exposants, cette croissance étant principalement due au passage de la zone startups Eureka Park de 600 à plus de 900 exposants. L’édition 2017 avait attiré 185 000 visiteurs et leur nombre sur 2018 n’a pas encore été annoncé. Certains exposants avaient l’air de trouver qu’il y en avait moins que l’année précédente. C’est possible mais attendons les chiffres pour juger. Ils seront publiés en mai 2018 dans l’audit annuel du salon. D’un point de vue pratique, si la surface du salon augmente avec un visitorat stable, ce dernier en devient mécaniquement plus dilué dans le temps et dans l’espace !

Lire la suite sur le blog d'Olivier Ezratty
La Rédaction

1 ... « 8 9 10 11 12 13 14 » ... 24


vignette adhésion Banniere Don