CES 2018 : les premiers retours sans langue de bois d'Olivier Ezratty  15/01/2018

CES 2018 : les premiers retours sans langue de bois d'Olivier Ezratty
Les tendances observées pendant un CES de Las Vegas ne sont que l’agrégat des actions d’une nuée de fournisseurs, petits et grands, qui ont émaillé les mois précédents. C’est une photo un peu arrangée de l’état du marché à un moment donné. On ne découvre pas grand-chose de véritablement nouveau pendant le salon si ce n’est quelques nouveautés anecdotiques ou confirmations de ce que l’on sait déjà. Cette cuvée 2018 du CES n’échappait pas à ces règles. Intelligence artificielle, objets connectés en tout genre, véhicules divers et/ou autonomes, smart city, VR/AR et 5G étaient au rendez-vous comme prévu et mis à toutes les sauces par les petits et les grands exposants.

Le CES 2018 a grandi en taille, passant d’une surface d’exposants de 241 000 mà 255 000 m2 et d’environ 4200 à 4500 exposants, cette croissance étant principalement due au passage de la zone startups Eureka Park de 600 à plus de 900 exposants. L’édition 2017 avait attiré 185 000 visiteurs et leur nombre sur 2018 n’a pas encore été annoncé. Certains exposants avaient l’air de trouver qu’il y en avait moins que l’année précédente. C’est possible mais attendons les chiffres pour juger. Ils seront publiés en mai 2018 dans l’audit annuel du salon. D’un point de vue pratique, si la surface du salon augmente avec un visitorat stable, ce dernier en devient mécaniquement plus dilué dans le temps et dans l’espace !

Lire la suite sur le blog d'Olivier Ezratty
La Rédaction

Le « youtuber » Amixem va installer un lieu dédié à la création numérique à Angers  30/11/2017

Le Youtuber Amixem lors du WEF à Angers
Maxime Chabroud plus connu sous le pseudonyme « Amixem » (anagramme de son prénom) est classé dans le top 10 des français les plus actifs sur le réseau social YouTube. Né à Lyon, ce « Youtubeur » de 26 ans, plutôt gamer, a fait ses études secondaires à Angers, Maine-et-Loire, ville dans laquelle il a décidé de s’installer.  Après un DUT Finances à Angers il continue ses études vers le Web Marketing à l’école supérieure Audencia SciencesCom à Nantes.
 
Ses études lui auront été profitables puisqu’il lance sa chaine YouTube en novembre 2012. Très orienté jeux vidéo au début, puis désormais voyages,  technologies et humour, il cumule désormais plus de 465 millions de vues pour 3.2 millions d’abonnés. Ce qui le classe dans les 10 meilleurs « Youtuber » français.
 
Devenu star du net au grand coeur,  Amixem qui gagne désormais beaucoup d’argent,  a participé au 4L Trophy dans le cadre de ses études, devenant même l’un des plus gros mécènes en donnant un chèque de 35 000 € pour construire une école au Maroc
 
Présenté comme un invité d’honneur, local, par le maire d’Angers, Christophe Béchu, lors du World Electronics Forum, le désormais angevin a décidé d’installer dans la ville qu’il affectionne plus particulièrement, un  lieu dédié à la création numérique. C’est ce qu’a annoncé Constance Nebbula, la conseillère municipale en charge de l’innovation et du numérique sur son mur Facebook, hier soir. Il avait d’ailleurs dit lors de son passage au WEF qu’il annoncerait prochainement une surprise. C’est donc chose faite puisqu'il a dévoilé son projet secret dans une vidéo.
 
Cet espace qui serait dédié à YouTube et qui devrait intéresser les ados, dont certains envisage d’en faire leur métier, s’appellerait  «  REDBOX ». Ce lieu indépendant, ouvert à tous, comprendrait des studios pour le tournage et le montage, les jeux, la musique et même un skate park.  Pour l’instant cet espace multifonction que l'on voit clairement dans la dernière vidéo d'Amixem a été identifiée. Elle sera installée au 9 rue Faraday à Angers. Affaire à suivre donc pour les jeunes angevins et fan de la star, plutôt attachante, et désormais fierté des élus angevins.

 
La Rédaction

Après le Green Code Challenge, l’ESAIP organise le Design4Green  22/11/2017

Après le Green Code Challenge, l’ESAIP organise le Design4Green
Pour l’école d’Ingénieurs ESAIP, installée à Saint Barthélémy d’Anjou, ville périphérique d’Angers (49), spécialisée dans la sécurité informatique et l’environnement, le numérique représente déjà plus de 7% de la consommation électrique mondiale c'est-à-dire autant que l'aviation civile. Il est donc urgent de faire bouger les lignes.
 
Après 3 années de collaboration avec le GreenLabCenter, l'Ecole d'Ingénieurs ESAIP s'associe aujourd'hui à l'Alliance Green IT (AGIT) pour proposer un nouveau challenge international pour proposer aux étudiants internationaux le « Design4Green ».
 
« Nous voulons construire une dynamique pour sensibiliser et former l’éco-conception des services numériques en France et à l’international. Nous espérons également découvrir les talents de demain », déclare la direction de l’école.
 
Cette 1ère édition qui se déroule, du 22 au 24 novembre, rassemble 57 équipes dont 52 étudiantes et 5 de professionnels soit 250 participants dans 13 villes et 5 pays. Pendant 48h non-stop et en simultané, les équipes se mobiliseront pour réduire la consommation énergétique d'un service numérique. 3 conférences seront également proposées le jeudi.
 
L'objectif de cet événement Initié par l’association Green IT  et l’Ecole d’ingénieurs ESAIP Angers  est d'intégrer aux prochaines éditions du challenge, la sensibilisation aux 8 grandes thématiques de l'éco-conception numérique : les infrastructures informatiques, les datacenters, l'impression, la fin de vie, les achats, la gouvernance, les postes de travail et les applications.
 
Pendant 48h chaque équipe répondra à un sujet commun concocté par l’AGIT en adoptant les meilleurs pratiques d’éco-conception numérique. L’équipe qui aura le mieux optimisé selon le dispositif de mesure mis en place, gagnera le concours dont le premier prix est un séjour dans une capitale européenne du Green IT
 
L'outil d'évaluation ECOINDEX sera utilisé pour connaitre en temps réel la consommation de chaque équipe. Les résultats seront visibles à chaque classement intermédiaire sur le site du challenge et les réseaux sociaux.
 
Le challenge est organisé en simultané à Angers, La Rochelle, Boulogne, Toulouse, Aix en Provence, Nantes, Paris, Gradignan, Nancy, Valladolid (Espagne), Lulea (Suède), Budapest (Hongrie), Amsterdam (Pays-Bas) grâce à un système de visioconférence entre les différents sites.
 
Le challenge peut être suivi en direct sur la page facebook du challenge  et la page youtube de l'ESAIP.

 
La Rédaction

YESPARK, premier opérateur du stationnement de proximité en Ile-de-France  10/11/2017

YESPARK, premier opérateur du stationnement de proximité en Ile-de-France
Application de location longue durée de places de stationnement, la startup YESPARK a annoncé ce mercredi, disposer du plus grand maillage régional de parkings d’Ile-de-France. Elle détrône même certains acteurs historiques du stationnement.

Si le nombre de places proposées (plus de 6 000) reste en-dessous des mastodontes du secteur, Yespark ouvre les portes de 333 parkings en Ile-de-France, soit plus que Saemes et Indigo réunis. Les Franciliens ont ainsi davantage de chance de trouver un parking plus proche de leur lieu de résidence ou de travail qu’avec n’importe quel autre acteur du secteur. 

« Proposer à tous une place de parking sécurisée, moins chère, proche de son lieu de résidence ou de travail tout en permettant aux propriétaires de rentabiliser leurs places vacantes, c’est la force du modèle que nous avons inventé et qui fait notre forte croissance. Ce n’est en outre que le début compte tenu du potentiel du marché. En Ile-de-France, il existe à ce jour près de 120 000 places encore vacantes et nous entendons bien en gérer la majorité à moyen terme ! » déclare Thibaut Chary, Cofondateur de Yespark. 
 
Pour atteindre un tel volume après seulement 3 ans d’existence, Yespark a créé un modèle unique dans le secteur en établissant un partenariat original avec 43 bailleurs sociaux franciliens dont la RIVP, Paris Habitat, Logement Français, ICF Habitat ou encore Groupe SNI, qui lui permet d’accéder aux places vacantes via un smartphone. 
 
Ces places sont disponibles à la location pour 16 à 190€/mois suivant la localisation ; un tarif en moyenne 30% moins cher que pour une place louée traditionnellement dans la même zone.  Yespark propose un abonnement mensuel, sans engagement, sans caution ni préavis. L'automobiliste peut s'abonner en quelques minutes et accède au parking grâce à son smartphone lequel devient une télécommande numérique.

 
La Rédaction

1 ... « 9 10 11 12 13 14 15 » ... 24


vignette adhésion Banniere Don